Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

Review du tome 1 d'Entre Toi & Moi !

Review du tome 1 d'Entre Toi & Moi !

Sora Japan FM 14:55 - 25 mai 2016

Entre les cours, son ami d’enfance Reita Kikuchi qui veut sortir avec elle, sa vie de famille à se cogner la tête contre les murs et kabedon, la vie de la jeune lycéenne Makoto Sakurai n’est pas toujours facile ! Découvrez Entre Toi & Moi le nouveau shojo des éditions Kana, qui ne vous laissera sûrement pas au pied du mur! Avec en bonus, l’avis de Sora !


Résumé : La jeune lycéenne Makoto Sakurai est amie depuis sa plus tendre enfance avec son voisin Reita Kikuchi. Mais depuis leur entrée au collège ce dernier est devenu, avec sa grande popularité auprès des filles, de plus en plus narcissique alors que Makoto, elle, reste plus discrète. Sauf qu’un jour, Reita annonce à Makoto qu’il va devenir son petit ami… Sauf qu’il est hors de question pour Makoto de sortir avec Reita qui est pour elle comme un frère. Enfin, l’est-il vraiment ? Un shojo plein d’humour ou le fait d’être plaqué contre un mur face à un garçon flirte avec la peur d’être blessé !

Titre : Entre Toi & Moi
Auteur : Haru TSUKISHIMA
Genre : Shojo
Editeur : Kana
Date de sortie du tome 1 : 20 mai 2016
Date de sortie du tome 2 : 8 juillet 2016
Public : Tous publics
Où : Dans tous les points de vente habituels

 

 

 

 

L’avis de Sora:

Il y a des jours comme ça, où je me demande ce qu’aurait été ma vie si j’avais gardé contact avec mes amis d’enfance, qui étaient également mes voisins -enfin si j’en avais eu-. Parce que c’est vrai que ce cliché que l’on retrouve dans beaucoup de films/séries/romans/mangas/dramas m’a toujours donné un peu envie. Le fait de n’avoir qu’à traverser une fenêtre pour voir son/sa meilleur(e) ami(e), de pouvoir se voir en cachette, passer toute la nuit à parler, jouer aux jeux vidéo etc. Le pied quoi, même si cela aurait sans doute été l’enfer pour nos familles respectives.

 

Watashitachi ni wa kabe ga aru © Haru Tsukishima / Kodansha Ltd

 

C’est pour ça que lorsque nous avons reçu “Entre Toi & Moi” j’étais déjà partie emballée. La chance qu’elle a cette héroïne! Mais après je me suis rappelée que c’était un shojo, et même si j’aime à dire que les shojos sont mon péché mignon caché du grand public, si je suis un peu honnête avec moi-même à part “Ouran High School Host Club”, et “Nana”, niveau shojo je n’en ai pas vraiment lu/ apprécié. Donc j’ai très vite déballé mon excitation pour devenir sceptique. Hmm l’histoire de Makoto ne serait-elle pas trop cucul la praline pour moi? (attention je ne sous entends pas “Anus Beauté). Faut dire que les romances un peu trop cliché ce n’est pas mon truc.

Donc je pensais tomber sur un shojo classique où l’histoire peut être parfois bien niaise et tomber dans tous les clichés habituels: “Notice Me Senpai”, mon cœur fait “doki doki” dès que je te vois etc.

Sauf que non. Parce que Makoto elle n’est pas comme ça. Non, c’est plus du genre à être sarcastique et à ne pas trouver vraiment d'intérêt dans ses relations frivoles enfantines. Elle a autre chose en tête / à voir, et puis les jeunes de son âge ne sont pas vraiment son genre. Non, pour elle, le petit ami idéal serait un gars à la fac, qui serait mignon, plutôt qu’un “gamin” de son âge.

 

Watashitachi ni wa kabe ga aru © Haru Tsukishima / Kodansha Ltd

 

C’est pour ça que quand son ami et voisin d’enfance Reita lui propose de sortir avec lui, elle est un peu chamboulée. Et si on rajoute le fait que ce dernier est un narcissique imbu de sa personne qui se moque des sentiments des uns comme des autres, qu’il a été bercé un peu trop près du mur, cela n’aide vraiment pas Makoto à le prendre au sérieux. Après tout moins de 30 centimètres séparent le balcon de Reita à sa fenêtre, ce qui fait qu’elle a grandi avec lui, le voyant plus comme un frère qu’autre chose. Alors c’est non et puis c’est tout pour Makoto.

 

Watashitachi ni wa kabe ga aru © Haru Tsukishima / Kodansha Ltd

 

Sauf que Reita ne prends pas un non comme réponse, appelez ça de l’ego, de la fierté, ou de la stupidité mais c’est ainsi. Sauf que l’ego de Makoto ressemble beaucoup plus à celui de Reita qu’elle n’aimerait le croire. Et par une suite d’aventures dont je ne vous dirais rien, elle se retrouve au pied du mur! La seule solution: mentir et  dire qu’elle sort avec lui.


Jusque-là, vous me direz qu’on rentre encore dans le classique. Et vous aurez raison de me dire ça, les dessins simples mais efficace d’Haru TSUKISHIMA ne sortent pas vraiment de l’ordinaire, mais son scénario si. Car si apparemment les trames du manga sont prévisibles, il ne s’agit que d’une mise en situation dans le tome 1, et les surprises sont déjà nombreuses.

Le ton de ce shojo est par exemple une des forces d’”Entre Toi & Moi” ooriginalement "Watashitachi no ha kabe ga aru" . Le côté décalé et sarcastique de Makoto apporte une fraîcheur essentielle à l’œuvre, elle ne se laisse pas faire, est une des premières à remarquer, critiquer et rire des clichés que peut apporter Reita.
Par exemple c’est la première à réagir de manière si détachée et avec sarcasme aux kabedon cette pratique où un jeune homme plaque une jeune demoiselle contre une surface (par exemple un mur) pour la garder emprisonnée dans ses bras. S’en suit généralement un baiser, et cette pratique est censé être ultra masculine, virile, et sexy. Sauf qu’en réalité c’est devenu un grand meme internet et une grosse blague. Et Makoto est la première dans ce manga à le démontrer. (Pour ceux que ça intéresse voici une compile de vine nipponne à propos du kabedon)

 

Watashitachi ni wa kabe ga aru © Haru Tsukishima / Kodansha Ltd

 

Mais ce n’est pas le seul atout de ce manga, derrière une histoire d’amour légère se trouve des thèmes un peu plus sérieux et sensibles. La peur de la perte, l'érosion perpétuelle des relations, les traumatismes / complexes qui peuvent découdre d’une séparation brutale à l’enfance, la vision et l’acceptation du divorce parental ainsi que l’infidélité sont également quelques thèmes qui sont abordés dans ce manga. C’est pour moi la seconde grande force d’”Entre Toi & Moi”. Car plus l’on avance dans le manga, plus le personnage de Makoto prend de la profondeur, et il en va de même pour le personnage de Reita, et même si ces derniers sont à deux doigts de nous provoquer une crise existentielle par moment, il faut admettre qu’à la fin de ce premier tome l’on ne désire qu’une seule chose: lire le second.
En bref c’est un shojo qui plaira aux fans du genre comme au novice, qui se lit -trop- rapidement, qui vous fera sourire/rire et qui est très addictif. Encore une fois, Kana signe de nouveau une licence intéressante pour sa gamme shojo qui ne cesse de nous surprendre par ses sagas émouvantes et différentes (“Mon Histoire” ; “Telle que tu es!” ; “Paradise Kiss” …)

 


Alors si vous non plus vous n’avez pas eu d’amis d’enfance, qui était votre voisin et que vous pouviez voir à n’importe quel moment du jour ou de la nuit car seuls 30cm vous séparaient, ou si au contraire c’est le cas; si vous aimez les comédies romantiques; que vous en avez marre des vous prendre des râteaux et que vous voulez tester les murs; alors le nouveau shojo de Kana est fait pour vous!

 

Source: Kana
Souce photo:  Watashitachi ni wa kabe ga aru © Haru Tsukishima / Kodansha Ltd, remerciements à Kana
Source video: Kana ; 0taku-kj sur tumblr

Commentaires

Usagi le 25 mai 2016 à 16:33

L'avis de Sora fait réfléchir... J'suis pas très shojo mais lui il me donne envie du coup :)

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company