Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

Ils auraient été le plus grand groupe du monde

Ils auraient été le plus grand groupe du monde

Aurélie Vandecasteele 13:58 - 20 novembre 2016

Il est des artistes qui déchaînent les passions. X Japan est de ceux-là. X Japan, le groupe dont Gene Simmons (du groupe Kiss) a dit que « s'ils étaient nés aux Etats-Unis, ils auraient été le plus grand groupe du monde ». Une certaine forme de consécration, immortalisée par Stephen Kijak dans le film « We are X », documentaire fourni qui retrace l'histoire de X Japan, et surtout de son leader, Yoshiki. Le film a été présenté par Yoshiki lui-même à Amsterdam le 17 novembre dernier, et nous étions sur place.

Yoshiki. Un prénom, un visage, celui d'un musicien de génie, fracassant sa batterie jusqu'à l'épuisement, le corps cassé. Un homme compliqué, décrit par certains comme froid, difficile. Homme d'affaires, perfectionniste, il ne dort jamais. Une nuit complète par semaine, dit-il ; pour le reste, quelques heures suffisent. C'est l'image que l'on a de l'artiste, et que le film "We are X" vient également nous apporter. L'humain en plus. On y découvre Yoshiki - car c'est bien de lui que traite l'entièreté, ou presque, du film – fragile, blessé. Physiquement, mentalement. Il cherche une raison de vivre. D'enfant marqué par le suicide de son père, il devient un jeune homme torturé, extrêmement célèbre et soudainement détruit par la fin de X Japan en 1997 et la mort de hide quelques mois plus tard. Son chanteur et ami d'enfance, Toshi, rejoint une secte, renie son groupe. Yoshiki devient superstitieux, estimant qu'une malédiction poursuit les gens qu'il aime. Il est marqué, pour toujours, par la mort. "Je suis contre le suicide, car je pense aux gens qui restent. Ils sont perdus. Par contre, si je pouvais créer un moyen de quitter ce monde sans me donner la mort, je le ferais." Lorsqu'il perd son père à 10 ans, Yoshiki est en colère. D'une formation de pianiste classique, il se mettra à la musique rock, et recevra de sa mère sa première batterie. Il abat sa rage sur son nouveau jouet, et deviendra l'artiste de légende que l'on connaît. X Japan devient la famille qu'il n'a pas eue. Pourtant son corps lâche rapidement. Gravement asthmatique, Yoshiki s'épuise sur scène. Il se blesse aux vertèbres cervicales, aux poignets. Il chute à chaque concert. D'aucuns crient à la mise en scène, estiment que "ça" fait partie de la légende, du show, de X Japan. D'autres, dans le film, confirment la santé fragile de l'artiste. Une part de mystère qui est appuyée par un témoignage sonore glaçant de la mère de Yoshiki : "Depuis qu'il est enfant, je pense qu'il n'est pas fait pour survivre. Il est trop faible, très fragile. Je suis étonnée qu'il soit encore là."

Riche en images d'archive et en témoignages, "We are X" est très orienté vers la personnalité et l'histoire de son leader. Que l'on soit fan ou non, le film permet de comprendre la grandeur de ce que fut X Japan, sa chute brutale, son retour. Un retour apaisé, comme Yoshiki lui-même. A Amsterdam, il a pris la parole à plusieurs reprises, pour évoquer ses fans, ses drames, son état d'esprit. "Quand hide est mort, quand mon père est mort, quand X Japan s'est arrêté, j'ai cru mourir. Le monde s'arrêtait, j'ai cru que c'était fini. Or aujourd'hui, je suis à Amsterdam, devant vous. J'ai des projets pour l'an prochain, en Europe, dans le monde, et partout, je vais rencontrer mes fans. Je pensais que j'étais quelqu'un de faible, mais en réalité, ne suis-je pas plutôt fort ?"

 

 

Yoshiki et X Japan ont influencé des générations de jeunes, fans et artistes. Des groupes comme Luna Sea, MUCC, témoignent devant la caméra de Stephen Kijak. Des critiques, journalistes, producteurs sont également interviewés. Ainsi que des artistes internationaux, comme Gene Simmons, qui ne tarit pas d'éloges sur X Japan, ou encore Marilyn Manson et bien d'autres. Le film est un bijou, visuellement tout d'abord, et un document de valeur concernant l'histoire du rock au Japon. La patte de Yoshiki est bien entendu apposée tout au long de l’œuvre. Il a supervisé le film, composé la musique. C'est "son" film. L'objectivité n'est donc sans doute pas la qualité première qu'il faille y rechercher, mais l'ensemble est émouvant, beau. A voir, sans aucun doute.

A Amsterdam, l'un des rares arrêts européens, avec Londres, de la tournée, les fans présents ont eu la chance de pouvoir assister, à l'issue du visionnage de "We are X", à un concert au piano de Yoshiki, accompagné de quatre artistes classiques néerlandaises. Une superbe prestation d'une vingtaine de minutes, accompagnée d'explications et d'anecdotes. Là encore, l'artiste se montre ouvert, gentil et très disposé à faire plaisir à ses fans. Il interprétera "Forever Love", "Without you", "Art of Life" (adapté pour l'occasion), "Endless Rain". Il quittera la scène non sans avoir pris le temps de répondre aux questions du public et de prendre des photos avec tous les fans présents. Une fois encore, la légende est en marche, et la recette prend.

 

Yoshiki Classical Amsterdam 2016

 

Du côté des annonces, X Japan sera à Londres le 4 mars prochain, et Yoshiki poursuivra en janvier son "Classical World Tour" (avec l'orchestre philharmonique de Tokyo) par Carnegie Hall à New York, en janvier.

Dates et infos : http://www.xjapanmusic.com/Tour.html 
Plus d'info: http://www.yoshiki.net/ 

 

Yoshiki Classical Amsterdam PUBLIC

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company