Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

Review du tome 1 de DEAD DEAD DEMON’S DEDEDEDE DESTRUCTION !

Review du tome 1 de DEAD DEAD DEMON’S DEDEDEDE DESTRUCTION !

Sora Japan FM 16:01 - 23 novembre 2016

Kana fête ses 20 ans, et pour l'occasion la maison d’édition nous gâte en manga, et notamment avec la nouvelle série d’Inio ASANO! Plongez dans cette saga inédite dans laquelle deux lycéennes vivent dans une ville où une menace sous la forme de vaisseau spatial plane au-dessus de leurs têtes depuis 3 ans! Avec en bonus l’avis de Sora.

 

Résumé :
Ca fait maintenant 3 ans que le ciel de Tokyo est obscurci par un OVNI. Pourtant aucune attaque n’est à noter à part quelques petits OVNIS éliminés par l’Homme avec une facilité déconcertante. La vie n’a pas vraiment changé pour les tokyoïtes, et les deux amies Kadode et Ôran ne prêtent plus vraiment attention à ce vaisseau devenu fantôme à leurs yeux, et continuent de vivre leur vies de lycéennes rythmées par les joies et les peines adolescentes. Mais, et si ces 3 années de paix n'étaient qu’une illusion avec laquelle l’humanité avait bordé sa vigilance. Et si l’Humanité n’avait pas remarqué que l' “envahisseur” avait déjà attaqué, s’était déjà infiltré dans sa population….

Titre : DEAD DEAD DEMON’S DEDEDEDE DESTRUCTION
Auteur: Inio Asano
Genre : Seinen
Editeur : Kana
Date de sortie du tome 1: 7 octobre 2016
Date de sortie du tome 2: 20 janvier 2017
Public : Tous publics
Où : Tous les points de ventes habituels

 





L’avis de Sora:

C’est probablement le manga le plus complexe que j’ai eu à traiter. Que dire sur «Dead Dead Demon’s Dededede Destruction»? Quel angle adopter pour la nouvelle œuvre d’Inio ASANO?



DEAD DEAD DEMON’S DEDEDEDE DESTRUCTION ©2014 Inio ASANO/SHOGAKUKAN


Donc commençons par le début. Le manga débute avec une jeune étudiante qui n’arrive pas à faire ses devoirs, un champignon géant tente de l’aider grâce à ses pouvoirs surnaturels. Un commencement qui laisse un arrière-goût de «Doraemon » en madeleine de Proust, mais qui ne dure pas; le plan s’agrandit, et ce champignon n’est autre qu’un personnage de manga, le préféré de la jeune Kadode! Le manga s’éloigne alors de l’esprit «Doraemon», on suit l’aventure de deux adolescentes, Kadode et Ôran, deux personnages paradoxaux, car si leur look est adorable, leurs propos sont décalés; crus et honnêtes. Les dialogues sont bruts, sans détour ni gène et reflètent leurs passions et influences, un propos purement adolescent. Ces deux protagonistes aussi bizarres soient-elles sont plus qu’ attachantes dans leur évolution vers l’âge adulte dans un monde et une société qu’elles rejettent. La relation entre Kadode et Ôran est une amitié d’un genre particulier, de celle qui est fondée depuis des années. Dans son rôle de leadeur, Ôtan offre à Kadode le réconfort dont elle a besoin lors des moments de doutes qui accompagnent sa vie, entre sa vie familiale compliquée (sa mère sur le point de se remarier veut contrôler chaque aspect de sa vie, un père qui a disparu), sa vie amoureuse (elle a le béguin pour son professeur mais ne sait pas quoi faire pour faire évoluer la situation) alors qu’elle est sur le point de devenir adulte. Alors qu’au fil du tome on voit Kadode grandir, le réconfort de sa meilleure amie est aussi essentiel que son côté enfantin alors qu’elles parlent de jeux vidéo ou d’enquêter sur le vaisseau extra-terrestre. Car si Kadode et Ôran vivent des vies normales, avec un quotidien normal, le monde, lui, l’est un peu moins. Le ciel de Tokyo est en partie obscurci par un vaisseau Alien qui est arrivé il y a 3 ans et a provoqué la mort de milliers de personnes. Aujourd’hui la situation est presque sous contrôle, le gouvernement travaille sur de nouvelles armes pour repousser toute attaque possible du vaisseau mère. La présence constante du vaisseau sur Tokyo angoisse toujours les foules, mais pas nos adolescentes. Si elle plane sur la vie de Kadode et Ôran, elles ont appris à vivre avec, et ont même un discours différent. Elles vivent comme elles l’ont toujours fait, et abordent le sujet de manière détachée comme s’il ne s’agissait que d’un jeu vidéo. Leur discours désabusé reflète au fond deux ados un peu paumées, qui tentent de trouver le bonheur à leur manière.

 

DEAD DEAD DEMON’S DEDEDEDE DESTRUCTION ©2014 Inio ASANO/SHOGAKUKAN

 

Inio ASANO fait place à son génie dans son scénario tout comme dans son style graphique. Si les personnages sont simples, les paysages sont remplis de détails, au point où le lecteur lui aussi se sent oppressé dans cette ville et par cette masse qui plane au-dessus. Pourtant la magie opère vite, et le lecteur finit par laisser passer les paysages et le vaisseau pour se concentrer sur la vie des protagonistes, au point même d’oublier par moment le fait que la menace plane toujours. Dans la folie d’un quotidien où l’armement militaire est une priorité, que l’inconnue terrifie les mœurs, certaines choses restent perpétuelles. La vie continue pour notre duo, avec ces problèmes quotidiens: comment gérer un béguin, quoi faire après le lycée, que faire de son futur, de sa vie... L’apocalypse est peut-être sur le point d’arriver, mais les sentiments eux sont éternels et ont besoin d’être entretenus et ce, peu importe les circonstances, vaisseau Alien ou non.

 

DEAD DEAD DEMON’S DEDEDEDE DESTRUCTION ©2014 Inio ASANO/SHOGAKUKAN


Et cette masse étrangère au-dessus de Tokyo est une métaphore qui, si elle peut représenter le passage à l’âge adulte, représente également le drame de Fukushima. Le manga reflète la société nippone post-Fukushima, l’angoisse des fuites nucléaires, de l’intoxication des eaux, des radiations toujours élevées et ce même si depuis 5 ans, officiellement aucun drame n’est à relever, la vie semble reprendre son cours. Le manga qui est sorti 3 ans après Fukushima, - tout comme l’apparition de l’OVNI dans le manga- critique à sa manière avec ses protagonistes le ridicule de la situation. Si rien ne se passe, autant continuer à vivre, à aller de l’avant. L'ennemi invisible - les Aliens dans le manga- ne sont peut-être pas présents, mais leur présence nous surplombe telle une épée de Damoclès qui a déjà bien assez modifié nos vies. Mais dans «Dead Dead Demon’s dededede Destruction», l'ennemi n’est plus qu’une simple présence, il s’est déjà introduit dans le quotidien, se rapprochant de plus en plus…

 

DEAD DEAD DEMON’S DEDEDEDE DESTRUCTION ©2014 Inio ASANO/SHOGAKUKAN

 

Kana vise très haut avec «Dead Dead Demon’s dedede Destruction», l’œuvre reste fidèle à ce que l’on connaît d’Inio ASANO. Une œuvre aux interprétations multiples, qui même après plusieurs relectures nous surprend à nouveau par son graphisme époustouflant, son scénario, ou les métaphores utilisées. Ce manga cache stratégiquement ses aspects lourds et sombres derrière des codes créatifs et de l’humour, mais c’est une œuvre qui vous poussera à la réflexion. «DDDD» nous fait nous questionner tout en nous émerveillant dans le même temps par son évolution, et en ce sens le titre invite chacun de ses lecteurs à avoir sa propre vision et interprétation sur ce manga. Inio ASANO nous livre une critique juste et pleine de -sa- vérité sur la société nipponne et le monde dans lequel on vit. Arthur MILLER a dit «Le pays d’un écrivain est, en quelque sorte, son instrument. Et l’on joue toujours mieux sur son propre violon quels qu’en soient les défauts», on peut alors se demander à juste titre si ASANO est un virtuose.

 


Source: Kana
Source photo: DEAD DEAD DEMON’S DEDEDEDE DESTRUCTION ©2014 Inio ASANO/SHOGAKUKAN

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company