Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

L’agresseur de Mayu TOMITA condamné à la prison

L’agresseur de Mayu TOMITA condamné à la prison

Yuuki K 12:49 - 28 février 2017

Souvenez-vous, il y a moins d’un an, Mayu TOMITA, jeune Idol, se faisait agresser violemment par un fan harceleur qui lui assénait une vingtaine de coups de couteau. Le procès s’est achevé et le tribunal a rendu son verdict.

Pour avoir renvoyé un cadeau, Mayu TOMITA s’est faite poignardée à multiples reprises, à Koganei, Tôkyô, par un fan éconduit un peu avant de monter sur scène le 21 mai 2016. L’agresseur avait alors avoué  la police avoir voulu tuer Mayu TOMITA, raison pour laquelle il s’était acharné sur la chanteuse, d’une vingtaine à 34 coups de couteau selon les sources. Après deux semaines dans le coma, la jeune Idol avait enfin repris conscience mais l’agression laisse de lourdes séquelles tandis que son agresseur, Tomohiro IWAZAKI, se faisait arrêter par la police. Et la semaine passée, le procès opposant Mayu TOMITA à son agresseur a débuté et c’était la première apparition publique de l’ancienne Idol depuis son agression. Procès durant lequel le procureur a requis une peine de 17 ans pour Tomohito IWAZAKI, qui a plaidé coupable pour tentative de meurtre. Mayu TOMITA a donc évoqué cette agression devant la Cour de Tachikawa, Tôkyô, et les répercussions sur son corps, protégée de son agresseur par une vitre durant le procès : « Je veux récupérer mon corps comme avant, sans blessures ! », révélant également que malgré la rééducation, elle n’a plus la maîtrise de son corps, « [sa] bouche est partiellement paralysée, rendant compliqué le fait de chanter ou de manger. ». L’ancienne Idol a aussi révélé au cours d’un émouvant témoignage qu’elle avait depuis des problèmes de vision, mais qu’elle souffrait en plus d’un trouble de stress post-traumatique. La victime a en effet fait part du traumatisme profond causé par cette violente agression : « Tout a changé depuis ce jour… J’ai tout perdu en un instant (…)». Concernant son agresseur, Mayu TOMITA a appelé les juges à lui infliger une peine sévère pour avoir brisé ses rêves de scène, mais elle a aussi affirmé penser que Tomohiro IWAZAKI n’en avait pas terminé avec elle : « Je ne crois pas qu’il ait réfléchit à ce qu’il a fait… Il ne devrait pas être en liberté… C’est le genre de personne qui développe des sentiments pour quelqu’un sans  demander si cette personne ressent la même chose, et qui essaiera de la tuer si les choses ne se passent pas comme il le veut. Il pourrait revenir et me tuer cette fois.». Ce à quoi l’accusé a répondu au cours de ce procès en criant : « Alors tu devrais me tuer ! », obligeant le tribunal à le sortir de la salle.

 

Finalement le tribunal a rendu son verdict aujourd’hui et a condamné Tomohiro IWAZAKI à 14 ans et 6 mois de prison pour tentative de meurtre. Une violente agression qui aurait pu être évitée, puisque l’autre point noir de cette affaire était l’absence de réaction de la part de la police alors que Mayu TOMITA avait signalé à plusieurs reprises son futur agresseur pour harcèlement sur Twitter plusieurs jours avant le drame. Mais alors, la loi anti-harcèlement ne permettait pas à la police d’agir face aux messages sur les réseaux sociaux. Si le mal est déjà fait pour Mayu TOMITA, sa tragédie protègera peut-être d’autres jeunes femmes car elle aura incité les politiques à réviser cette loi début 2017. Désormais sont considérées comme des victimes de harcèlement, celles qui se font harceler de messages indésirables sur les réseaux sociaux, mais surtout un procureur peut dorénavant  poursuivre un supposé harceleur même sans plainte de la supposée victime (par peur des répercussions par exemple) et la peine de prison est étendue de 6 mois à 1 an. Après tout, selon une étude, de plus en plus de cas de harcèlement  sur internet sont recensés au Japon : de 97 cas en 2013 à 577 en octobre 2016, la plupart des victimes étant des adolescents.

 

Sources : the Japan Times, Arama Japan.

Photo : Twitter @tomitamayu (2016)

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company