Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

La place des FEMMES au Parlement en 2016

La place des FEMMES au Parlement en 2016

Yuuki K 15:21 - 08 mars 2017

C’est la Journée Internationale des Droits des Femmes ! Si le gouvernement japonais a à cœur d’accorder davantage de places aux femmes au travail, en entreprise comme en politique, sur ce dernier point, le classement international des femmes dans les parlements nationaux révèle une chute du Japon.

Il y a un an, nous vous relayions un compte-rendu de la conférence de presse sur la place des femmes au Japon, exprimant la volonté du Premier ministre  Shinzô ABE d’accorder bien plus de places pour les femmes au travail, et notamment dans la direction des entreprises mais aussi en politique. C’est la réforme appelée Womenomics. En 2016, l’ancienne ministre de la Défense, la première femme à accéder à ce poste, et députée alors, Yuriko KOIKE était venue en France évoquer devant l’Assemblée Nationale la place des femmes en politique. La désormais première femme élue gouverneure de Tôkyô mentionnait alors l’importance de la sphère politique qui serait alors le meilleur moyen de donner une visibilité aux femmes en leur cédant davantage de place et ensuite  permettre un changement des mentalités dans une société où les hommes prédominent et où les femmes abandonnent leur carrière au profit de leur vie privée. Yuriko KOIKE attendait alors les élections de la Chambre Haute l’été suivant, dans l’espoir d’y voir plus de femmes au Parlement. Un an plus tard, si Yuriko KOIKE est parvenue à se faire élire gouverneure, et ce en dépit de l’absence de soutien de la part de son propre camps, le Parti Libéral Démocrate, si une autre femme, Tomomi INADA a été nommée ministre de la Défense, et qu’une femme a pris la tête de l’opposition, Renho MURATA, force est de constater que pour l’heure les effets des womenomics tardent à se faire sentir. Non seulement, le gouvernement l’avouait fin 2015, l’objectif de 30% de femmes à des postes à responsabilités dans des entreprises d’ici 2020 semble irréalisable, en janvier 2017 à peine 10% de ces postes sont occupés par des femmes, mais une étude sur l’année 2016 de l’Union interparlementaire  publiée en janvier 2017 démontre qu’il n’y a pas eu de progrès comparé aux autres pays du monde, au contraire. En effet, l’Union Interparlementaire (UIP), organisation mondiale des parlements, a publié son classement annuel sur 193 pays. On aurait pu s’attendre à un gain de places avec la réforme de Shinzô ABE et sa volonté pour le Japon d’être le leader de l’émancipation des femmes, mais bien au contraire, le Japon chute à la 163ème place tandis que pour 2015, le pays se trouvait à la 156ème place sur 191 pays, - la France se trouve à la  63ème place cette année. Paradoxalement, l’UIP constate qu’en moyenne il y a une progression mondiale sur un an de la place des femmes dans un parlement –de 22,6% à 23,3%, le Japon n’y échappe pas  grâce aux dernières élections, l’été 2016, où 28 femmes ont été élues ce qui fait qu’il y a en tout 50 élues à la Chambre Haute sur 242 sièges. Mais, après les élections de la Chambre Basse en 2014, seules  44 femmes avaient un siège de représentant sur 475 sièges.

 

Certes, on observe de plus en plus de femmes au pouvoir, et  les résultats des dernières élections l’attestent et semblent alors signe d’une affirmation croissante des femmes au Japon. Sans oublier que dans ce classement, ne sont pas pris en compte les autres élections comme celle de Yuriko KOIKE à un poste  d’importance. Cependant sur un plan mondial, il est clair que le Japon a du retard. Or la visibilité des femmes en politique risque de prendre encore du temps malgré la bonne volonté du gouvernement en ce sens, le PLD comme les partis d’opposition voudraient soumettre prochainement à la Diète une nouvelle loi destinée à favoriser la parité des candidatures aux élections. Mais ce sont toutefois des progrès qui ne porteront peut-être pas leurs fruits sur le bilan 2017 (publié en 2018) d’autant que les prochaines élections, celle des représentants de la Chambre Basse n’auront lieu a priori qu’en décembre 2018. Peut-être alors, comme l’affirmait Yuriko KOIKE en 2016, un changement des mentalités s’opérera concernant une meilleure répartition des postes à responsabilités dans des entreprises.

 

Sources: UIP, JapanGov, the Japan Times.

Photo : Le Premier ministre Shinzô Abe lors du discours d’ouverture du WaW ! 2016 (World Assembly for Women) ©JapanGov

 

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company