Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

"TEKKEN 7" : le retour de la revanche

Tenshi JFM 09:00 - 13 septembre 2017

"Tekken 7" est enfin en version console et PC. Nous avons passé une bonne partie de l'été à y jouer, maintenant on va vous en parler.

"Tekken 7" est un jeu vidéo de combat (la bagarre !) de la série éponyme développé et édité par Bandai Namco Games. Après être sorti en bornes d’arcade au Japon en mars 2015 il est sorti sur PlayStation 4, Xbox One et ordinateur en France le 2 juin 2017. Oui, oui vous avez bien lu, soit deux ans après.

Après avoir pu tester la version console voici notre avis.

 

L’avis de Tenshi

En mettant la galette de "Tekken 7" dans ma console je repensais un petit peu aux différents opus auxquels j’avais pu jouer. J’étais arrivé sur la série sur le tard, par le biais de l’arcade et pour moi l’épisode le plus marquant était "Tekken 6" qui m’avait plu au point de faire l’acquisition d’un stick dédié.

Autant dire que j’étais en terrain connu pour la prise en main de ce "Tekken 7". Pas de révolution, bien au contraire, on est dans la continuité avec quelques petits changements de ci de là sur les graphismes (nouveau moteur oblige) et sur le gameplay. Un gameplay simplifié faisant entrer Tekken dans la norme des jeux de combats actuels. Ce qui fera sûrement grincer un peu des dents les puristes mais qui, à mon avis n’est pas dérangeant vu que, fondamentalement,  Tekken s’est toujours voulu accessible. Autant pour les débutants que pour les joueurs chevronnés.

Après un ou deux tours de chauffe en mode arcade je m’attaque au mode histoire. Et là, mes aïeux, attachez vos ceintures : on est parti sur des montagnes russes. Reprise de l’histoire juste après "Tekken 6", Jin vient de réussir le magnifique exploit de se faire détester par 80% de la planète tout en sauvant le monde. Il est perdu dans le désert (depuis trop longtemps ho, hooo… hum, désolé j’ai eu un relent de Capdevielle) et donc en dehors de l’équation. Ce qui permet de passer le rôle de personnage principal à Heihachi Mishima qui vient reprendre le contrôle de son entreprise avec sa subtilité habituelle. Alors d’un côté on se dit, encore un Mishima en perso principal et Heihachi en plus qui n’est pas vraiment le plus charismatique de la famille, ce n’est pas comme si ce jeu n’avait pas des centaines d’autres personnages. Ensuite on se dit qu’on va découvrir les origines de la fameuse lignée et ça c’est cool. Vous commencez à la sentir l’impression de montagne russe ?



 

Un autre élément vient renforcer cette impression c’est la progression de la courbe de difficulté. J’ai bien conscience que c’est un aspect délicat à gérer dans la plupart des jeux, mais dans un jeu de bagarre c’est vraiment plus simple à doser, même si la plupart du temps ce genre souffre du syndrome : « Boss de fin imbattable à moins d’avoir des réflexes de céphalopode sous cocaïne ». Alors pourquoi ? Pourquoi ? la progression de la difficulté de Tekken dans le mode histoire est-elle si aléatoire ? Est-ce une métaphore de la vie ? Nous exigeons des réponses !

 

 

 

 

Un des éléments intéressants est la narration du point de vue d’un journaliste, victime de la guerre engendrée par les Mishima. Hélas, cela reste relativement anecdotique. Un autre point anecdotique mais cette fois très cool c’est le respect de la langue maternelle des personnages lors des cinématiques, les Japonais parlant en japonais, les Italiens en italien etc…

Question personnages justement nous avons le droit à notre fournée habituelle de petits nouveaux et à la suppression d’autres de façon relativement arbitraire. L’arrivé de Gouki (Akuma) de Street Fighter a été largement mise en avant mais il s’agit plus d’un personnage guest (comme Geese Howard de King Of Fighters) pour nous faire patienter avec l’arlésienne : "Tekken X Street Fighter" et donc pas à proprement parler un « nouveau » personnage. Les nouveaux arrivant sont : Claudio Serafino un Italien genre mystique religieux, Gigas un monstre biomécanique de la G-Corporation, Katarina Alves pour le quota de fille trop sexy pour s’acheter un T-shirt. Lucky Chloe la proto-idol style oreilles de chat écouteurs mais en blonde, Master Raven qui est Raven mais en fille (à vos fanfics) Shaheen personnage sympa bien qu’il soit, pour rester correct, la version Tekken de Rashid, Josie Rizal qui reprend le code couleur de Blanche-Neige et Kazumi la défunte femme de Heihachi, la mort dans l’univers Tekken étant l’équivalant d’un mauvais rhume, qui en plus d’être intéressante à jouer fait partie intégrante de l’histoire.

Les nouveaux personnages sont évidement les bienvenus mais je regrette quand même la disparition de pas mal de piliers de la série.

 

 

 

Et qu’on ne me parle pas de limitation technique. D’une part il est relativement facile de faire maintenant des rosters de plus de 50 personnages et Tekken est quand même le jeu qui possède les temps de chargement qui n’ont de cesse de nous faire regretter le temps béni des premières consoles support CD, le 7 ne dérogeant pas à cette règle. Donc, niveau temps de calcul, quelques personnages supplémentaires ne devraient pas ruiner l’expérience actuelle.

Pour résumer "Tekken 7" est un jeu dans la continuité de la saga, intéressant mais pas vraiment révolutionnaire. On attend donc "Tekken 8" le mois prochain dans les salles d'arcade nippones et en mars 2022 sur les consoles Next Gen (humour je précise, lâchez tout de suite ce calvier !)

 

Informations pratiques:

Nom : TEKKEN 7 

Editeur : Bandai Namco

Support : PS4 / XBOX ONE / PC

Sortie : 02 Juin 2017

Genre : Combat

Prix : 50€ 

 

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company