Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

« SUMI NO KESHIKI » ou l’art de moderniser un art traditionnel

« SUMI NO KESHIKI » ou l’art de moderniser un art traditionnel

Yuuki K 14:23 - 27 septembre 2017

L’artiste Ryuichi FUJISAWA expose ses œuvres pour la première fois en France, notamment des œuvres réinterprétant la collection d’estampes de Leiji MATSUMOTO, grâce à une collaboration avec BROAD EXPERT LLC. A voir jusqu’au 3 octobre en entrée libre.

Comment exprimer l’amour de plusieurs cultures dans l’Art ? C’est en tout cas ce que Ryuichi FUJISAWA a cherché à réaliser en mêlant son amour de la culture japonaise et française. Né au Japon, Ryuichi FUJISAWA a vécu plusieurs années en France dans les années 1970 après ses études, à Paris. Il n’y vivait alors pas en tant qu’artiste, puisque Ryuichi FUJISAWA a commencé sa vie professionnelle dans le secteur de la mode de luxe, en tant que designer,  auprès des plus grandes maisons de coutures françaises comme Yves Saint Laurent, Chanel ou encore Lanvin. Puis de retour au Japon en 1980, il continue dans la mode, cette fois en tant que responsable de coordination et dans la communication, toujours chez Lanvin, ce qui lui donne l’expérience pour organiser des évènements. Sa curiosité pour la culture traditionnelle japonaise s’exprime à partir de 1997 et organisant alors des évènements inspirés de cette culture traditionnelle sont remarqués par ses invités. C’est récemment finalement, à partir de 2006, que Ryuichi FUJISAWA commence à pratiquer le sumi-e ou l’art de la peinture à l’encre.

 

 

L'art du sumi-e est la peinture à l'encre et à l'eau, où les tracés du pinceau ne sont pas nets, et où il s'agit de peindre principalement des paysages ou ce qui se rapporte au bouddhisme zen.  « Lumière », photographie, Ryuichi Fujisawa. ©2017 Japan FM

 

En amoureux de sa culture, il emploie alors des instruments et des matériaux artisanaux comme des pinceaux fabriqués dans leur intégralité en bambou, y compris les poils !, et imprimant également ses photographies sur du papier washi traditionnel, issu de l’île de Shikoku, ou imprimant les images sur des kimono.

 

 

Ryuichi Fujisawa nous montre les pinceaux qu'il utilise, dont les manches comme les poils sont entièrement fabriqués à partir de bambou. ©2017 Japan FM

 

Détail d'un des kimono de l'exposition-vente « SUMI NO KESHIKI » de Ryuichi Fujisawa. ©2017 Japan FM

 

Toutefois, si cet intérêt profond pour la culture japonaise a émergé à son retour de France, Ryuichi FUJISAWA n’en oublie pas pour autant son attachement pour le pays dans lequel il a vécu des années où l’art de vivre l’a marqué. En atteste sur ses œuvres, des éléments exprimant cet attachement pour la culture française comme japonaise ! Mais si l’artiste se redécouvre un réel intérêt pour sa culture, et notamment la culture traditionnelle, il n’en néglige pas pour autant la culture moderne, choisissant alors de pérenniser la tradition en la mêlant à la pop culture par exemple. En effet, dans cette exposition-vente, les visiteurs peuvent tant voir des œuvres en tableaux comme imprimées sur des kimono, issues d’une collaboration avec la société BROAD EXPERT LLC, détentrice de la collection d’ukiyo-e Leiji MATSUMOTO, mais aussi des photographies de l’artiste retravaillées avec la technique du sumi-e.

 

 

Les Ukiyo-e originaux de BROAD EXPERT LLC. sous la direction de Leiji Matsumoto à partir desquels Ryuichi Fujisawa a réalisé ses œuvres. ©Leiji Matsumoto ©BROAD EXPERT/2017

 

Deux des oeuvres liées à cette collaboration avec BROAD EXPERT LLC. Ryuichi Fujisawa. ©2017 Japan FM

 

Dans les œuvres de collaboration, les amoureux de la pop culture japonaise auront ainsi le bonheur de retrouver la belle Maetel de « Galaxy Express 999 » ou Albator (Harlock en V.O.) de « Albator, le Corsaire de l’espace » ou encore l’imposant vaisseau Yamato, de l’anime au titre éponyme ! Ce sont principalement dans ces œuvres réinterprétées par Ryuichi FUJISAWA, que les visiteurs pourront y voir en paysage des monuments célèbres de la France : le Mont Saint-Michel, la Tour Eiffel, ou encore le Sacré Cœur. Des paysages devenant oniriques sous le rayonnement mystique de la lune, où trône fièrement en premier plan Capitaine Albator en samouraï, par exemple, et où les traits des pinceaux semblent diluer la frontière entre réel et iréel. Ou peut-être la frontière entre culture française et japonaise ?

 

Dernier indice de cet attachement particulier à ses expériences passées et à la France, cette toute première exposition-vente se déroule au même moment que la Fashion Week parisienne !

 

Informations pratiques de l’évènement dans votre agenda.

 

Photos : Ryuichi Fujisawa en tenue traditionnelle japonaise posant devant ses œuvres ©2017 Japan FM. Remerciements à Ryuichi Fujisawa.

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company