Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

La forêt d’AOKIGAHARA : du dérapage d’un youtubeur au Japon

La forêt d’AOKIGAHARA : du dérapage d’un youtubeur au Japon

Yuuki K 16:28 - 08 janvier 2018

En ce début d’année 2018, un des sujets les plus commentés et polémiques sur internet est le comportement d’un vloggeur après la publication d’une première vidéo dans laquelle il rit à la découverte d’un corps sans vie dans la forêt d’Aokigahara au Japon.

Appelée aussi de nos jours la « forêt des suicidés », la forêt d’Aokigahara dans le département de Yamanashi, à proximité du Mont Fuji, est tristement célèbre depuis les années 1950 - 1960 pour attirer bon nombre de candidats au suicide. Surnommée d’abord Jukai (« mer d’arbres ») pour concentrer un grand nombre d’arbres dans un espace de 35 km², cette forêt est considérée comme un lieu hanté de par la densité des arbres et de la faible lumière naturelle pouvant pénétrer les lieux, poussant les visiteurs à se perdre et à y mourir. Puis, les écrivains s’emparent de la forêt maudite, Seichô MATSUMOTO avec « Nami no tô » en 1959 ajoutant un peu plus au mythe d’une forêt hantée, avant que dans le début des années 1990 Wataru TSURUMI ne publie un manuel du suicide (« Kanzen Jisatsu Manyuaru ») dans lequel il mentionne la forêt d’Aokigahara comme un des lieux recommandés pour se suicider. Ainsi le nombre de personnes ayant fait une tentative de suicide dans cette forêt n’a fait qu’augmenter : 247 en 2010 dont 54 sont allés jusqu’au bout, après quoi la municipalité a décidé de mettre fin aux statistiques pour tenter de ne pas inciter les Japonais à mourir dans la forêt. Déjà le Japon compte pour avoir un des plus grands taux de suicide au monde, 21 987 personnes se sont données la mort en 2016 d’après les chiffres dévoilés par le Cabinet. De plus le sujet fait débat actuellement au regard du nombre croissant de karôshi (mort par excès de travail) et plus particulièrement le karô-jisatsu (le suicide par excès de travail) dont celui d’une jeune employée de chez Dentsu à Noël 2015 a été l’exemple le plus marquant et le plus médiatisé ces derniers temps. Alors afin de tenter de remédier à cette triste réputation, le département de Yamanashi comme les habitants à proximité de la forêt ont décidé de non seulement cesser de publier le nombre de suicides annuels dans la forêt, mais aussi d’afficher des messages à l’entrée de celle-ci invitant le randonneur venu pour mourir à reconsidérer son choix : « La vie est un précieux cadeau donné par vos parents. », ou «  Pensez à votre famille, à vos enfants.  Ne gardez pas les choses pour vous. » avec la mention d’un numéro de téléphone dirigeant vers un groupe de volontaires.  Depuis 2009 indique le Japan Times, des citoyens bénévoles effectuent des rondes dans la forêt afin d’interpeller tout individu ne semblant pas être venu en randonneur ou en touriste. Ces dernières années, comme l’indique Slate, la forêt est même devenu un sujet pour le cinéma (« The Forest » de Jason ZADA, « Nos souvenirs » de Gus VAN SANT).

 

Sauf que si la forêt d’Aokigahara fait parler d’elle depuis le 31 décembre 2017, c’est en raison d’une vidéo tournée par un vloggueur américain, Logan PAUL. Mise en ligne le 31 décembre 2017, on y voit le jeune homme de 22 ans et ses amis en excursion dans la forêt d’Aokigahara, et il semble être parfaitement au courant que la forêt est réputée pour accueillir bon nombre de candidats au suicide, jusqu’au moment où le groupe tombe sur le corps sans vie d’un homme qui s’est pendu et mort depuis peu. Si leur aventure s’était arrêtée là, elle n’aurait pas été sujet à débat, mais Logan PAUL décide de mettre en ligne cette vidéo, comportant des images de la personne qui s’était suicidé à peine floutée, et pire encore, on y voit le vloggueur rire, semblant satisfait de sa découverte tout en commentant cette scène. C’est ainsi que les polémiques ont débuté, obligeant le vloggueur à supprimer la vidéo en question deux jours plus tard, mais hélas trop tard puisque vue tout de même plus de 6 millions de fois, et à publier des premiers mots d’excuse, argumentant que « c’était une première pour [lui] » ajoutant qu’il souhaitait « éveiller les consciences sur le suicide et faire de la prévention contre le suicide » avec sa vidéo. Le mal est fait, et le jeune homme peu respectueux s’attire ainsi les foudres des internautes dont un groupe de prévention contre le suicide au Japon. L’un des rares à défendre Logan PAUL semble être Jake ADELSTEIN (écrivain et journaliste spécialisé sur le crime organisé au Japon et qui a également travaillé sur le sujet du suicide dans ce pays), qui dès le 2 janvier postait un article sur The Washington Post, indiquant que le vloggueur « pouvait avoir fait quelque chose de bien » car au final, pour le journaliste, le plus gros problème n’est pas que le jeune homme ait une réaction inappropriée à la découverte de l’homme pendu, mais bel et bien le suicide au Japon. Si seulement il n’y avait que cette vidéo… Car quelques jours après avoir posté la vidéo tournée dans la forêt d’Aokigahara, le vloggueur met en ligne d’autres vidéos tournées à Tôkyô où cette fois il est question notamment de Pokémon… Et visiblement tourné juste après celle dans la forêt puisqu’il dit en référence à la découverte morbide « That was weird » (« c’était bizarre »), et cette fois on y voit le vloggueur manquer de respect envers les Japonais, en lançant des pokéballs ou même des poissons sur un officier de police ou des véhicules passant devant lui, ce qui soulève le doute sur sa sincérité quant au choc ressenti dans la forêt et de ses premières excuses. Depuis, le jeune homme a réitéré ses excuses en vidéo avant d’annoncer son retrait d’internet « pour prendre le temps de réfléchir ».

 

 

 

Sources : the Japan Times, The Washington Post, Asahi Shimbun, Slate, We the Unicorns.

Photo : via site officiel de la forêt d’Aokigahara.

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company