Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

On a vu "Kamen Rider AMAZONS" aka "AMAZONS Rider"

On a vu

Tenshi JFM 10:00 - 13 décembre 2018

Une série Kamen Rider plus sombre disponible sur Amazon Prime ? Il fallait qu'on jette un coup d’œil.

Connaissez-vous les Kamen Riders ?

 

Littéralement les « Motards Masqués » cette saga créée en 1971 est au Tokusatsu nippon ( ou « effets spéciaux » en français, terminologie qui désigne les séries japonaise employant justement moult effets) ce que « Docteur Who » est à la science-fiction anglaise.

 

Oui, vous avez bien lu.

 

Issue de l'imagination du légendaire mangaka Shôtarô ISHINOMORI, créateur de la franchise Sentai (adaptée dans les années 90 en « Power Rangers » ), il s’agit d’une saga héroïque librement adaptée du manga « Skullman » . Elle place un héros contre un pouvoir maléfique représenté par une organisation plus ou moins secrète et ourdissant de sombres machinations. Les histoires, les ambiances, les personnages et les enjeux varient au fil des saisons mais on retrouve toujours les élément clefs de la licence.

 



Faisons un cours accéléré en Rider 101 :

 

Le Rider est un héros ayant la capacité de se transformer principalement grâce à une ceinture, la transformation ou « Henshin » qui lui fait, soit révéler une apparence cachée, soit revêtir une armure de combat dont la forme du casque évoque un insecte, une sauterelle à la base. Il chevauche une moto qui correspond à son propre style. Il se bat principalement au corps à corps mais utilise souvent des gadgets voir des armes fournies avec son armure et il achève son ennemi avec une attaque spéciale très souvent un coup de pied sauté, le fameux « Rider Kick ». La plupart du temps justicier solitaire pendant ses premières années (l'ère Shôwa), le Rider n’est cependant jamais seul, il a un mentor, des amis et même des troupes de scouts pour l'aider dans ses aventures.

 

 

 

 

Après un hiatus pendant les années 90, la franchise est relancée et va évoluer dans les années 2000 (l'ère Heisei), en introduisant des Riders secondaires, des rivalités et de "méchants" riders ainsi qu'une multiplication des accessoires et évolutions de tous les personnages. Sortis de ces récurrences qui ne sont pas non plus inaltérables, la liberté est totale.

 

Chaque année une nouvelle série mettant en scène un univers et ses propres Riders voit le jour permettant une déclinaison et mélange d’un nombre effrayant de concept. Entre le Rider conducteur de train ami avec des démons traditionnels, le Rider détective privé, le Rider vampire mélomane, le Rider samouraï fruité, le Rider voyou-navette spatiale etc... Bref, les auteurs sont allés très loin dans l’imagination et il y en a pour tous les goûts. Tant est si bien que Kamen Rider a fini par dépasser les super Sentai en termes d’audience.

 

 

 

 

Mais, force est de constater que, plus les saisons se succèdent, plus la série cible un public jeune et la licence devient très / trop gentillette par rapport à ses origines.

 

Dans l’idée de redonner son lustre d’antan à la licence, le 18 mars 2016, est annoncé la production de « Kamen Rider Amazons » la ré-imagination de la série de 1974 « Kamen Rider Amazon ». Si j’emploie le terme ré-imagination et pas remake c’est à dessein, les deux séries sont très différentes. Les seuls points communs étant le design général du Rider, le brassard, le copain Amazon taupe et le côté « violence animale » présent dans les deux séries.

 

 

Kamen Rider Amazon 1974

 

Pour vous donner une idée du rapport entre les deux séries voici un petit comparatif du personnage de Mamoru, un Amazon gentil ami du héros :

 

Mogura Juujin version 1974

 

 

Mamoru version 2016

 

 

La série est diffusée dans un premier temps en exclusivité sur l’offre de VOD d’Amazon Prime mais elle sera diffusé ensuite sur BS Asahi une chaine satellite de TV Asahi et Tokyo MX. Evidemment tout ça n’est pas le fruit d’un heureux hasard il s’agit plutôt d’un coup marketing savamment calculé. A l’occasion du 45ème anniversaire de la licence le timing était parfait pour relancer l’intérêt d’un public plus adulte, de participer au développement du service de VOD du géant de la vente en ligne et, enfin, en bonus faire connaitre la licence à l’international. Dans ce but la série sera renommée « Amazons Riders » en dehors du Japon

 

La question se pose donc :  Une série issue d’un froid calcul marketing n’est-elle pas vouée à devenir une catastrophe sans âme et sans une once de génie créatif ?

 

 

 

Pour répondre à cela voyons déjà l’histoire.

 

 

 

 


Synopis : Dans un monde contemporain et réaliste se terre une menace secrète. Certain des habitants ne sont plus humains. Cachés parmi nous des créatures nommées Amazons sont issues des expériences génétiques de la société Nozama Pharmacy. Les Amazons sont inoffensifs jusqu’au moment où leur faim se fait trop forte et qu’ils ne peuvent plus résister à la saveur de la chair humaine. Une fringale qui les transforme littéralement en autant de prédateurs potentiels pour la population. Pour réparer ses erreurs et éviter une crise Nozama Pharmacy a engagé une équipe spéciale pour traquer et éliminer les Amazons.

 

 

Mais l’équipe n’est pas la seule à poursuivre les Amazons, Jin (incarné par Masashi TANIGUCHI) alias Amazon Rider Alpha a voué son existence à tous les éliminer un par un.

 

 

Haruka MIZUSAWA  (incarné par Tom FUJITA) est le fils adoptif d’une des cadres de Nozama Pharmacy, il suit un traitement lourd qui le confine dans la maison familiale. C’est un jeune homme solitaire, gentil et timide qui n’a que pour seule compagnie sa jeune sœur Mizuki (incarnée par Rena TAKEDA

 

 

Un jour Haruka décide de ne plus prendre son traitement et de s’enfuir de la maison. Comme attiré par une force incontrôlable il se retrouve sur les lieux d’une bataille entre des Amazons, l’équipe d’élimination et Jin. Haruka se transforme et révèle sa vraie nature d’Amazon. Jin se rend compte qu’il n’a encore jamais vraiment « mangé » et décide de lui laisser une chance de devenir comme lui : un Rider, le Amazon Rider Omega.

 

 

L’avis de Tenshi :  

 

Résolument plus sombre et plus adulte que toutes les séries de Rider de ces dernières années ce « Kamen Rider Amazons » entre néanmoins dans les canons de l’univers Rider et des productions japonaises avec leurs gimmicks, leurs qualités et aussi leurs défauts.

 

Rien que dans les premières minutes on ressent certaines maladresses dans la mise en scène. Honnêtement, je n’ai pas compris l’obstination de vouloir créer une fausse pluie  alors qu’il est évident qu’il fait un grand et beau soleil dans la scène d’introduction. Heureusement ce genre de petits défauts s’effacent rapidement et on a même le droit à quelques fulgurances dans les prises de vues en intérieur.

 

 

L’acting reste dans le ton des dramas et la plupart des personnages sont des archétypes habituels dans ce genre de productions. Côté Riders les codes du genre sont présents même ceux qui passent difficilement auprès du public occidental : costumes de monstres oscillants entre le kitch et le créatif, acting riche en gestuel, effets spéciaux un peu cheap et cliff anger putassiers. Je peux aisément comprendre que ces aspects représentent un blocage pour la plupart des spectateurs mais, clairement, la série vaut le coup de pousser un peu plus loin le visionnage.

 

 

Le positif est aussi présent. Les chorégraphies de combat en imposent sévèrement, les intrigues sont plutôt bien pensées et le casting de la série est lui aussi un point fort. Très équilibré il comprend des acteurs et actrices confirmés avec un jeu sobre d'une grande efficacité en plus des habituels jeunes talents de type Johnnys et Idols qui sont souvent légions dans les série Riders. Mention spéciale pour Mitsutoshi SHUNDOKanon MIYAHARA et Kazuya TANABE qui incarnent avec talent des membres de l'équipe d'extermination. 

Puis, il y a Jin. Jin c’est le personnage point fort de la série. Jin a de la classe, il est cynique, décontracté, souvent drôle, il assume ses choix, bref c’est l’archétype de l’anti-héros. Il est le contre-poids idéal à Haruka qui se perd beaucoup dans son apathie, son côté plaintif et ses bons sentiments. 

 

De plus Jin apporte un élément rarement vu dans l'univers Rider. Jin est en couple, il a une relation amoureuse à la fois simple et inhabituelle avec sa copine et cela a un poid réel dans l'histoire. Sa petite-amie incarnée par Ayu HIGASHI n'est pas juste une jolie plante verte posée dans le décor, elle est pro-active. Elle représente un véritable soutient pour Jin, allant même jusqu'à lui sauver la vie. Leur relation est vraiment un plus rafraichissant dans le scénario.  

 

 

Mais Jin incarne aussi le côté sombre, en plus de son comportement de prédateur il est dans l’absolu. En effet, il semble porter en lui une lourde culpabilité cumulée à une colère cachée qui lui permet de simplifier sa perception des choses. En conséquence, il suit une voie qui ne fonctionne pas sur le long terme. On pourrait résumer le discours qu’il tient au héros de cette façon : « Je suis un Amazon et toi Haruka tu es aussi un Amazon mais je vais tuer tous les Amazons. Tu veux qu’on les tue ensemble avant de s’entretuer ? ». Malgré le danger qu’il représente il reste un personnage attachant, charismatique, qui attire notre sympathie. C’est donc un personnage beaucoup plus complexe qu’il n'y parait.

 

    

C’est là le grand point fort de cette série :  au-delà de tous les aspects superficiels « Amazon Riders » possède un sous-texte extrêmement riche. La série apporte une réelle réflexion sur l’humanité et ses contradictions. L’opposition entre le reptilien et le cortex frontal, le conflit entre l’instinct le plus brûlant et la raison la plus froide qui se déroule en chacun de nous.

 

Les Amazons sont perçus par la majorité des protagonistes comme étant l’ennemi à abattre, des monstres mangeurs d’hommes purement animal. Néanmoins, la série nous les présente comme des humains victimes d’une expérience qui a mal tournée et qui cherchent simplement à vivre leurs vies en paix. Rien n’est simple ni manichéen dans cette histoire. Comme Jin, aucun des personnages ne détient la vérité. Cela s’illustre parfaitement avec les difficultés qu’éprouve le héros pour trouver sa place et ses motivations dans ce combat ou alors par la présence d’un Amazon de type taupe Mamoru dans l’équipe d’extermination où ce dernier lutte contre les siens simplement parce qu’il veut être avec ses amis et manger des burgers.

 

 

Certains pousseront peut-être l’analyse et y verront aussi une symbolique carnistes versus vegans mais je ne suis pas de ceux-là.

 

 

Bien plus que dans son ambiance glauque mettant parfois en scène des morceaux d’humains ou dans la violence de ses combats c’est dans l’écriture que se situe le véritable côté adulte de cette série. En ce qui me concerne cette qualité surpasse tous les petits défauts et rend cette interprétation de l’univers Rider passionnante.

 

Le public semble aussi apprécier car, fait rarissime, dans l’histoire de la saga, en plus du traditionnel film, « Amazon Riders » s’est vu gratifié d’une deuxième saison.

 

Si, en tant que spectateur curieux mais prudent, vous cherchiez la porte d’entrée idéale dans l’univers du Tokusatsu c’est dans l’Amazon que vous la trouverez.

 

 

 

Sources : Amazon Prime, TV Asahi et un grand merci à Ukyo pour les informations complémentaires et les corrrections
Sources Photo : Amazon.com, Toei, TV Asahi

Laissez un commentaire


© 2019 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company