Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

Le LECTIER, histoire d’une poire franco-japonaise

Le LECTIER, histoire d’une poire franco-japonaise

Yuuki K 15:42 - 12 décembre 2018

Japonismes 2018 célèbre 160 ans d’amitié entre la France et le Japon à travers un vaste programme de manifestations culturelles japonaises mais aussi les 150 ans de la restauration Meiji, favorisant les échanges entre les deux pays comme l’implantation d’un fruit bien français, cultivé au Japon depuis plus de 100 ans.

C’est l’un des aspects de la culture japonaise qui s’est largement répandu en France depuis quelques décennies : la cuisine. Mais si les Français sont depuis quelques décennies friands de sushi, de râmen et de plus en plus de spécialités culinaires du Japon, se mettant même à cuisiner avec des ingrédients japonais, cette appréciation est réciproque. Nous avions ainsi assisté, par exemple, à l’inauguration fin 2017 de CARRÉ pain de mie au cœur de la capitale française, créée par le Japonais Michio HASEGAWA et dédiée comme le nom l'indique au pain de mie ! Cette grande saison de Japonismes 2018 est l’occasion de rappeler que nous célébrons non seulement 160 d’amitié franco-japonaise, mais aussi de commémorer 150 ans de la restauration Meiji. Période de bouleversements et d’ouverture au monde extérieur, l’ère Meiji a permis les échanges entre le Japon et les pays étrangers sur différents plans. C’est bien après le début de l’ère Meiji, au début du XXème siècle, que le chef du village de Shirone (aujourd’hui l’arrondissement de Minami à Niigata city) dans le département de Niigata, Sayukichi KOIKE, voyage à travers le monde et notamment en Russie, où il découvre l’existence d’une variété de poire savoureuse, le Lectier. A son retour, en 1905, l’homme désire faire venir des plants de cette poire qui est originaire de France, et plus précisément d’Orléans. En effet, le Lectier est une variété de poires née à Orléans d’un croisement entre la poire Williams et la poire Bergamote Fortuné, et nommée ainsi en l’honneur d’un procureur de la ville passionné d’horticulture et considéré comme le premier pépiniériste de France, Pierre Le LECTIER (fin XVIème, XVIIème siècle). Mais c’est pourtant au Japon que le Lectier parviendra à se développer ! Lorsque Sayukichi KOIKE s’intéresse à ces poires, elles ne sont déjà presque plus cultivées en France en raison de leur fragilité. C’est d’ailleurs à cause de cette réputation de fruit difficile à cultiver que Sayukichi KOIKE veut importer des plants jusqu’au Japon, pour étudier la culture du Lectier. Une opération risquée donc, d’autant que l’arbre a besoin d’une année entière pour produire des fruits, qui ne peuvent être produits qu’en petite quantité, et que ces derniers ont besoin d’être conservés durant 40 jours en chambre de maturation après la récolte. De plus, le Lectier est récolté une fois par an en octobre pour être dégusté à partir de décembre. Mais Sayukichi KOIKE est parvenu à implanter le fruit sur ses terres, et le Lectier gagne en réputation jusqu’à être utilisé pour des desserts dans des restaurants de luxe japonais. Le nom du fruit étant difficile à prononcer pour les Japonais, on raconte que les geisha ont surnommé le Lectier « Rokuchi » ! De nos jours, Niigata city produit plus de 2 000 tonnes par an de cette poire, considérée par ailleurs comme un fruit de luxe.

 

 

Pour avoir une idée des desserts à base de cette poire, nous avions été conviés à une dégustation de desserts autour du Lectier réalisés pour l’occasion par le chef Takayuki HONJO et sa pâtissière Mariko IDAKA, du restaurant ES. Comme par exemple cette tarte ou ce roll cake.

 

Mais aussi un sorbet accompagné de gelée de Lectier...

 

Et un cocktail étonnant au jus de poire le Lectier, au café et à la vodka.

 

Si la poire le Lectier est aujourd’hui rarement voire plus du tout cultivée en France, l’arbre planté il y a 110 ans à Shirone est toujours présent, et il y a même à Niigata city un verger touristique où pour un prix raisonnable, les visiteurs peuvent goûter autant de poires que désirées ! Mais pour découvrir le goût de cette poire symbolisant  cette amitié franco-japonaise en France, il faudra vous contenter du jus de fruit, disponible dans la boutique dédiée aux produits de la région de Niigata, Kinasé.

 

Photo : Les poires le Lectier ©2018 Japan FM.

Commentaires

Junie le 27 janvier 2019 à 17:39

Salut, Je viens de lire votre article et je voulais avoir un renseignement : je vis à Guéret, en Creuse, et j'ai récemment acheter dans un magasin de fruits et légumes (Grand Frais) des poires qui viennent du Japon sauf qu'elle ne sont pas nommée "Le Lectier" mais "Nashi". Est-ce que c'est une autre variété ou bien ce sont-ils trompés de nom car je trouve qu'elle se ressemble beaucoup?

Yuuki K. staff Japan FM le 29 janvier 2019 à 10:40

Bonjour Junie, les nashi ne sont pas la même variété de poire que le lectier!

Junie le 30 janvier 2019 à 20:03

merci Yuuki, j'avais un doute vu qu'elle se ressemble beaucoup.

Elisabeth le 24 juin 2019 à 14:32

Je suis une des descendantes directes du créateur de cette poire et j'habite dans la région d'Orléans où cette poire a été conçue. En France nous avons toujours cette particularité de faire l'impasse sur nos créations parce que prétendument non commerciales (l'aérotrain aussi testé en son temps en région d'Orléans) que les Japonais ont su développer et améliorer, la Poire Le Lectier en est autre exemple très concret. Je m'intéresse de très près à ce fruit depuis quelques temps et il s'avère qu'il n'a pas disparu de France, seuls quelques connaisseurs et passionnés se sont attachés à sa reproduction. Fin mai mon fils s'est rendu à la boutique Kinasé à Paris spécialisée dans la commercialisation des produits de Niigata dont la Poire Le Lectier qui est cultivée là-bas depuis le début du 20è siècle. Il nous a offert une bouteille de Jus de Poire, que nous avons dégusté, un vrai régal. Une expression bien française dit "le petit Jésus en culotte de velours" !!!! et un saké à la poire que nous ouvrirons un peu plus tard. Je vais m'attacher à ce que la mémoire de cet aïeul soit honorée, car l'ironie du sort a voulu qu'il décède avant même la mise au catalogue des Pépinières Transon. Il n'a donc jamais eu à connaître le succès de sa création au Pays du Soleil Levant.

Laissez un commentaire


© 2019 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company