Google Podcasts prend désormais en charge les flux RSS privés afin que vous puissiez écouter les émissions auxquelles vous payez pour accéder

Google Podcasts prend désormais en charge les flux RSS privés afin que vous puissiez écouter les émissions auxquelles vous payez pour accéder

Google Podcasts obtient enfin une fonctionnalité déjà standard dans la plupart des applications d’écoute: la prise en charge des flux RSS privés. Le chef de produit pour Google Podcasts, Zack Reneau-Wedeen, a fait l’annonce sur Twitter aujourd’hui et a crié certains réseaux qui dépendent particulièrement des flux privés, notamment Patreon, Slate, Red Circle et Supercast.

Pour accéder à la fonctionnalité, appuyez sur l’onglet Activité dans le coin inférieur droit et passez sur l’onglet Abonnements, puis appuyez sur le symbole plus. Vous serez alors invité à ajouter par flux RSS. Vous pouvez voir l’ensemble du processus ci-dessous.

Il s’agit d’une fonctionnalité relativement standard qui a aidé à soutenir l’activité de podcasting pour les créateurs. Sur Patreon, par exemple, les membres paient souvent pour accéder à un flux réservé aux abonnés. Pour accéder à ce contenu, le créateur leur envoie un flux RSS privé qu’ils peuvent ensuite insérer dans leur application d’écoute préférée pour récupérer l’audio. C’est une chose utile à prendre en charge à la fois pour les créateurs et les auditeurs, il n’est donc pas surprenant que Google l’intègre, et en fait, cela a pris du temps.

Pourtant, toutes les applications ne prennent pas en charge la fonctionnalité, y compris, notamment, Spotify. Mais si Google Podcasts, et même Spotify, veulent devenir les endroits où les gens consomment tout leur audio, ils doivent prendre en charge les flux RSS privés, du moins pour le moment, car c’est ainsi que les créateurs diffusent leurs émissions aux fans tout en étant payés.

Written by SasukE

Deux responsables clés de BioWare quittent le studio

Deux responsables clés de BioWare quittent le studio

MIKEY FERRARI lance «l'impasse»

MIKEY FERRARI lance «l’impasse»