Le meilleur du Népal 2016

Le meilleur du Népal 2016

L’année dernière, j’ai eu la chance de retourner au Népal. Je voulais voir le pays et rendre visite à mes amis après le tremblement de terre de 2015. En 3 mois j’ai beaucoup voyagé et visité des régions que je ne connaissais pas. Mais au final je me suis lancé dans la création du livre qui verra le jour très bientôt, et, comme toujours, ce que j’ai fait le plus était de manger. Essayez de nouvelles choses, recherchez des recettes et écrivez à leur sujet.

Le Népal n’est pas comme la Thaïlande ou le Vietnam. C’est un pays beaucoup plus pauvre et arriéré. Et cette réalité est également transférée dans votre cuisine. C’est une gastronomie paysanne, souvent préparée « avec ce qu’il y a« , Et dans des conditions d’hygiène un peu »négligé« … Donc le voyage a été un défi pour moi. J’ai beaucoup mangé et tout, dans les villes, les montagnes ou dans les villages perdus. Et pour la première fois en 15 ans, je suis tombé malade à quelques reprises. Des choses sans importance, car heureusement j’ai l’estomac d’une vieille chèvre.

En tant de jours, j’ai adoré beaucoup de choses. Celles qui me portent à penser qu’un jour la cuisine népalaise sera reconnue au-delà de ses frontières.

C’est le meilleur que j’ai mangé au Népal 2016;

1- Néeuro- Une surprise totale, des pousses de fougères cuites. Je n’ai jamais pensé que les humbles fougères que nous foulons tous sur le terrain pouvaient être mangées. Pendant mon séjour à Phokara, j’ai vu plusieurs femmes ramasser les tendres bourgeons qui poussaient en s’enroulant autour d’elles. La première fois que je les ai mangés, c’était dans une auberge sur le chemin du camp de base des Annapurnas. Ils ont une texture à mi-chemin entre les asperges et les champignons, et un goût riche et particulier. Je les ai aimés.

2- Jhol Momo- Un plat totalement népalais, des boulettes de viande de buffle baignées d’une sauce épicée de tomates, de piments et de sésame grillé. Ils sont servis surtout dans la vallée de Katmandou, dans des restaurants de plain-pied. Quelque chose de totalement différent dans le monde des momos. A manger 2 douzaines …

3- Sekuwa (arrosé avec beaucoup de racksi …) – Brochettes de viande de buffle ou de chèvre. Ils sont marinés pendant de longues heures dans de l’ail, du gingembre, du chili en poudre et des épices puis rôtis sur un gril. Habituellement, les restaurants qui les servent ont le barbecue dans la rue qui attire les clients avec une fumée spectaculaire. C’est un plat à partager en buvant des bières ou du vin de mil. Les brochettes sont servies dans une assiette, avec oignons, piments verts et sauce piquante. Quelle bonne chose …!

4- Bhaji Puri- Mon petit-déjeuner préféré de mes jours népalais (avec le café et le croissant grillé de la cafétéria devant mon hôtel à Phokara … Si je suis un chic, et quoi …). Les puris C’est un type de pain frit, gonflé et gras qui sert à mettre un plancher. Si vous l’accompagnez également d’un bol de « Bhaji», Un curry de pommes de terre épicées et de petits pois, donne envie de s’inscrire au Népal. Vous cassez des morceaux de pain et les trempez dans la sauce épicée, cueillez des légumes et sirotez un thé noir très fort. Je ne peux penser qu’à deux meilleures façons de commencer une journée …

5- Tongba- Et en son nom à tous les merveilleux esprits du Népal. Tongba est le nom d’une liqueur à base de millet fermenté. C’est typique des villages de montagne. Une bonne quantité de grains est placée dans un verre en bois et de l’eau chaude est ajoutée. Laissez-le quelques minutes et buvez avec une paille. Il a environ 5º et, comme il est fini, il est rempli avec plus d’eau, bien qu’il ait de moins en moins d’alcool. C’est riche, acidulé, comme le cidre, et cela vous donne un pet joyeux et facile à vivre. J’en aurais un maintenant …

6- Choyla (et aussi le jibro …) – Je confirme une fois de plus que j’aime la cuisine Newar. Et, selon l’endroit, ça me dégoûte aussi. Mais j’aime le choyla… Quoi de mieux que quelques morceaux de buffle grillé bien assaisonnés de piments, d’épices et d’huile de moutarde. Et si vous l’accompagnez d’un verre de « ayeela», Une liqueur Newar 40º peut vous donner quelque chose … Elle est également très bonne lorsqu’elle est préparée avec du canard fumé. Et un autre abat que j’aime vraiment est le jibro, langue de chèvre frite. Tendre, croquant, caoutchouteux. Miam …

7- Thakali- Cuisine Les Thakali sont un groupe ethnique de la région de l’Upper Mustang, et ce sont eux qui cuisinent le mieux de tout le Népal. Pendant des générations, ils étaient des hôteliers qui tenaient de petits restaurants le long des routes commerciales à travers le pays. Leur nourriture est différente; plus riche, plus propre et mieux préparé que la norme, mélangeant des ingrédients des hautes montagnes et des vallées chaudes. Épices, poivre de Sichuan, piments, herbes de l’Himalaya …

8- La cuisine Limbu- Une découverte dont il n’avait même pas entendu parler. Les Limbu sont un groupe ethnique qui vit dans les régions de moyenne montagne de l’est du pays. Sa cuisine est népalaise, mais elle est fortement influencée par les tibétains, les chinois et les birmans. Sont les « mangeurs de porcs «  du Népal. Ils aiment les porcs. Dans un très bon restaurant que j’ai trouvé à Khatmandu, j’ai pris du gras en mangeant leurs plats. Le boudin noir au riz était riche, mais plus insipide que le nôtre, les couennes de porc très bonnes, la viande fumée savoureuse. Mais mon préféré était sans aucun doute le ragoût de pattes de porc, baigné d’une sauce crémeuse rouge au piment et à la tomate. Délice.

9- Useni ko alu- Je ferme cette liste avec le plus humble des aliments; pommes de terre cuites. J’ai passé quelques jours à me promener dans le quartier de Gotsaikunda c’était ma seule nourriture. C’étaient des endroits très reculés, touchés par le tremblement de terre et où la nourriture était rare. Chaque jour, nous n’avions qu’une poignée de pommes de terre bouillies dans leur peau à manger, accompagnées d’un mélange épais de piments, de sel de l’Himalaya et de cumin. J’avais plus faim que Carracuca, mais ils avaient un goût de gloire …

Et dans quelques jours « le pire du Népal 2016 » … Peur …

  • Singing Bowl Nepal Ancien Bol chantant tibétain frappé à la main au Népal Note Si - Chakra sommital
    Fait à la main avec Bell ; en alliage de métal martelé Taille : 15,2 cm de diamètre ; 6,3 cm de haut résonance élevée et sonore supérieure La guérison par vibrations tactile Livré avec un tampon et un bâton de gâche, couleur du coussin et le motif peut varier.
  • Doctor Strange
  • Bol chantant fait main au Népal – 600g – 14cm – Fuseau en palissandre avec du cuir – Box de papier Lokta
    Authentique et vrai – fabriqué dans un petit atelier proche de Bhaktapur, la petite ville royale de Katmandou, il s’agit ici d’un set de vrais bols chantant faits main au Népal Son – Vous n'êtes pas sûr si vous aimez le son? Vous pouvez trouver des échantillons sonores sur notre page. Cliquez sur le bleu "Hatakama Nepala" ou suivez cette URL: https://amzn.to/2LnoMHb. Pour créer des ondes sonores durables, ce bol chantant doit de préférence être joué avec le style de jeu classique du Népal et du Tibet, le frottement. La durée du son d'une attaque normale est d'environ 5 à 10 secondes. Chakra – mūlādhāra rouge en C – la sécurité, l’équilibre, l’ancrage, le soutien Enjolivure et symbolique – les quelques gravures Mantra que les côtés des Newars en Nepālī, ainsi que la forte symbolique Mudra sur la base (reconnaissance, compassion, conscience, épiphanie) Set – boîte solide réalisée en papier Lokta incluant les bols chantants, un fuseau en palissandre avec du cuir pour un meilleur toucher et une bordure cousue main. Idéal en cadeau ou à conserver

Written by SasukE

Anime2You

»Robotic Angel«: Nouveaux détails sur la sortie Blu-ray

BTS assiste à une répétition pour KBS Gayo Daechukje 2020

BTS assiste à une répétition pour KBS Gayo Daechukje 2020