Netflix ajoute de nouveaux grands films d’horreur en avril

Jeu vidéo

Avril 2020 pourrait être le mois le plus important jamais enregistré pour Netflix. Des millions de personnes sont coincées à la maison en raison de la pandémie de coronavirus et n’ont rien à faire à part tuer le temps. Et c’est là que la vidéo en streaming entre en jeu, avec Netflix heureux de vous faire oublier l’horreur dans les rues. En tant que tel, il y a des trucs d’horreur soignés (ou teintés d’horreur) qui frappent le service en quelques semaines.

La crème de la crème est un classique culte trash Killer Klowns from Outer Space. Ce film de 1988 des frères Chiodo est connu pour son intrigue insensée, qui raconte une histoire tordue d’un clan d’étrangers maléfiques qui ressemblent à des sinistres clowns de cirque. En 2018, Syfy a indiqué qu’ils étaient en pourparlers pour produire une suite au film, donc cette apparition soudaine sur Netflix pourrait être une indication que les roues avancent enfin sur ce projet.

Yorgos Lanthimos est un peu plus haut de gamme et intellectuel La mise à mort d’un cerf sacré. Ce n’est pas un film d’horreur traditionnel, mais c’est suspense, effrayant et intensément inquiétant. Je ne veux pas trop gâcher son intrigue, mais c’est à peu près la bizarrerie surréaliste folle que vous attendez du gars qui a fait Le homard.

Si vous avez des enfants qui s’ennuient à la maison après la fermeture de l’école et qui ont horreur, vous pouvez les orienter vers la saison 2 de Les derniers enfants sur Terre. Cette adaptation des livres pour jeunes adultes montre un monde dystopique habité par des zombies et des monstres. Le monde est peut-être apocalyptique, mais cela convient plutôt bien aux personnages principaux, qui ont maintenant une tonne de temps pour faire exactement ce qu’ils veulent.

J’ai gardé le titre le plus horrible du mois pour la dernière fois. Le film 2018 de Patryk Vega Les plaies de Breslau atterrit le 22 avril. Le film, décrit comme « 90 minutes d’éclaboussures de sang » par le Guardian, est un thriller de tueur en série qui s’ouvre avec une victime cousue dans la peau d’une vache. Nous continuons ensuite à trouver un tueur déterminé à recréer une peste du XVIIIe siècle. Le public en aura-t-il assez des fléaux d’ici la mi-avril? Peut-être, mais je vais certainement vérifier celui-ci.

Donc, si vous avez fini de crier de manière incohérente sur les corps qui s’entassent dans les morgues dans le monde réel, pourquoi ne pas vous défouler avec une horreur stupide à la place? Après tout, ce type ne peut pas vraiment vous blesser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *