Rutherford Falls Review: La série Peacock apprend des erreurs de Pawnee

Rutherford Falls Review: La série Peacock apprend des erreurs de Pawnee

Peacock a vanté le fait que Chutes de Rutherford possède «l’une des plus grandes salles d’écrivains autochtones à la télévision», avec cinq écrivains autochtones parmi son personnel. L’émission présente également l’un des plus grands moulages amérindiens de mémoire récente, ainsi que des personnages non binaires. C’est donc dommage qu’une grande partie des quatre premiers épisodes se concentre sur Helms, un point faible évident. La série avait sûrement besoin d’un grand nom pour attirer l’attention, et un ancien Bureau acteur dans une série hébergée par un service de streaming qui n’existe pratiquement que pour héberger Le bureau Cela a du sens sur le papier, mais ceux qui trouvent le gentil gars malavisé de Helms ennuyeux ne le réchaufferont probablement pas ici.

Nathan est certainement nécessaire à l’histoire, c’est juste qu’il n’avait peut-être pas besoin d’être un personnage principal. Bien qu’il y ait de la valeur, à la fois comique et narrative, à Nathan réalisant lentement qu’il peut être du mauvais côté de cette question, et de l’histoire, lorsque ses efforts sont défendus par des personnages pathétiques et suprémacistes blancs comme celui dépeint par Paul F.Tompkins, Nathan semble trop aveugle de façon irréaliste aux problèmes plus vastes pour quelqu’un qui est montré comme étant autrement amical, attentionné et acceptant. Nathan aurait été mieux servi en étant l’antagoniste sympathique par rapport à la star de premier plan.

Chutes de RutherfordLe vrai jus vient des interactions de Reagan avec Terry Thomas (Michael Greyeyes), un membre de la nation Minishonka et PDG entreprenant de Running Thunder Casino. Terry est un père de famille motivé qui s’intéresse particulièrement à la campagne bruyante et stupide de Nathan pour sauver la statue de son ancêtre, et lui et Reagan partagent une histoire suggérée.

Voir aussi :  10 meilleurs films d'horreur pour les réalisateurs

Le quatrième épisode met l’accent sur Terry et est de loin le meilleur du groupe. Structuré autour d’une interview que Terry donne à Josh Carter (Dustin Milligan), un journaliste de NPR enquêtant sur le dépoussiérage de «Big Larry» qui semble sur le point de devenir Ben Wyatt, personnage extérieur de cette série, nous apprenons les origines de Terry et le regardons démanteler systématiquement Les notions de Josh sur ce que devraient être les priorités d’un Autochtone. En un seul épisode, Greyeyes fait de Terry le personnage le plus profond et le plus compliqué de la série et prouve qu’il est une feuille incroyable pour Reagan. Espérons que le reste de Chutes de RutherfordLes épisodes s’éloignent de Nathan et davantage vers ce jumelage.

L’ambition, l’opportunité et la nécessité de Chutes de Rutherford«l’histoire ne peut pas être négligée. Ce sont des sujets et des thèmes délicats pour n’importe quelle série, et en particulier pour une comédie. Alors que les premiers épisodes peuvent être légers sur les blagues en faveur de jeter les bases pour le reste de la saison, il y a encore des zingers éclatants de rire (comme quand Nathan suggère que Reagan laisse simplement une note après avoir endommagé un bâtiment gouvernemental, et elle répond: «Vandaliser la propriété publique et laisser une note – ah, pour vivre cette vie de mec blanc.»)

Espérons qu’au fur et à mesure que la série progressera, elle pourra mieux équilibrer l’ambition narrative et la comédie. Les premières saisons de séries comiques sont difficiles, il suffit de regarder Parcs et loisirs. Mais avec un point de vue unique et distinct et une réelle diversité derrière la caméra, Chutes de Rutherford est bien adapté pour tracer sa propre voie et être le premier véritable succès de Peacock.

Voir aussi :  Comment WandaVision réécrit notre compréhension de l'histoire de Wanda Maximoff

Japanfm.fr est composé d’une jeune équipe de rédacteurs passionnés par tout ce qui touche l’Asie en général. N’hésitez pas à partager notre article si celui-ci vous a plu !