Star Wars: The Bad Batch Episode 12 Review: Rescue on Ryloth

Star Wars: The Bad Batch Episode 12 Review: Rescue on Ryloth

Mais la quantité de travail que font certaines conversations, voire des gestes et des postures, dans cet épisode était sa force majeure et unique. Même l’amiral Rampart plutôt générique a l’air fatigué et distrait à un moment donné. Il est également temps de développer une petite dynamique entre Howzer et Crosshair, qui est du mauvais côté de Rampart parce que ses méthodes n’ont pas été efficaces. C’était aussi un bon rappel des enjeux plus importants. Rappelez-vous, Crosshair est la preuve des Kaminoans qu’investir dans des clones vaut l’argent de l’Empire.

La semaine dernière, j’ai été ravi de découvrir mon fil Twitter en riant du capitaine Howzer réticent, qui, eh bien, est un très beau clone. Sa proximité avec les Syndullas montre qu’il a un centre moral et que sa puce de contrôle n’affecte pas ou ne peut pas toucher pour une raison quelconque. Leur conversation n’est pas révolutionnaire, mais il y a au moins quelques éléments à déballer en ce qui concerne la dispute entre Howzer, qui utilise la menace de rébellion pour étayer ses propres objections morales provisoires, et Rampart, qui pense que « la paix a un coût.  » J’ai des sentiments mitigés quant au désintérêt total de l’épisode quant à savoir si le choix de Howzer d’agir sur ses doutes est purement du cœur ou a quelque chose à voir avec sa puce de contrôle. Après tout, la réponse a des implications pour Crosshair, l’ambivalence envers laquelle vous savez tous que je pense a été un point faible de la série depuis le début.

Pour moi, les films semblaient dire que les puces de contrôle des clones se sont déclenchées principalement lorsque Palpatine a invoqué l’Ordre 66 en particulier. Mais les sentiments de Howzer semblent suggérer qu’une bonne partie de la loyauté de Crosshair envers l’Empire à la suite de la guerre des clones est en fait de son plein gré. La décision de Howzer est-elle tout à fait naturelle ? Je ne suis toujours pas vraiment sûr, mais les questions et la dynamique entre les trois Impériaux étaient amusantes.

Les 10 dernières minutes de l’épisode présentent une série décente de scènes d’action en vrai Guerres des étoiles mode finale. Ils sont impressionnants par la façon dont ils s’entrelacent, la tension autour de la tentative de Howzer d’influencer d’autres clones contre l’Empire, et pour une occasion particulièrement déchirante, le premier vol d’Hera. J’adore qu’elle soit clairement trop enthousiaste mais compétente.

Cependant, cet épisode n’équilibre pas tout à fait ses personnages principaux avec l’intrigue de Twi’lek. Étant donné que Hunter n’a légitimement aucune peau dans ce jeu, le travail de son équipe est moins ancré dans l’intrigue et le cadre que celui d’Hera ou de Howzer.

Il y a une exception majeure au Batch qui prend principalement le pas. Criez à Tech, qui n’a pas une tonne de profondeur mais qui se trouve être le trope dans le groupe de cinq hommes que j’apprécie. Son manque d’émotion et ses intérêts de nerd sont généralement décrits comme utiles mais un peu rebutants, même pour ses frères. Il n’a pas moins de caractérisation ou de compétence que, disons, Echo, mais s’en tient généralement à un rôle secondaire. Donc, c’était particulièrement satisfaisant de le voir voler de manière fantaisiste dans cet épisode, slalomer un navire jusqu’à presque un arrêt mort afin que Wrecker puisse tirer.

Japanfm.fr est composé d’une jeune équipe de rédacteurs passionnés par tout ce qui touche l’Asie en général. N’hésitez pas à partager notre article si celui-ci vous a plu !

Written by SasukE

Voici 8 fois où K-Drama "Imitation" est devenu réel sur le côté obscur de la K-Pop

Voici 8 fois où K-Drama « Imitation » est devenu réel sur le côté obscur de la K-Pop

Jin de BTS n'arrêtera pas de demander un verre à J-Hope... et il continue d'être ignoré

Jin de BTS n’arrêtera pas de demander un verre à J-Hope… et il continue d’être ignoré