Toyota et Nissan demandent à la Grande-Bretagne de couvrir les tarifs si aucun ALE n’est conclu avec l’UE

Toyota Motor Corp.et Nissan Motor Co.ont demandé au gouvernement britannique de couvrir le coût des tarifs supplémentaires si le pays était incapable de conclure un accord commercial post-Brexit avec l’Union européenne d’ici la fin de l’année, selon des sources proches du dossier. dit lundi.

Les principaux constructeurs automobiles japonais, qui exploitent tous deux des usines en Grande-Bretagne, craignent que l’Union européenne n’impose une taxe de 10% sur les importations d’automobiles si la période de transition du pays depuis le bloc se termine sans un accord de libre-échange.

Photo prise le 14 janvier 2019, montre les kiosques de Toyota Motor Corp. (L) et Nissan Motor Co. lors de l’assemblée annuelle du North American International Auto Show de Detroit. (Kyodo)

La demande des constructeurs automobiles peut également être considérée comme un effort pour faire pression sur le gouvernement, qui peine à conclure un accord avec l’Union européenne, pour qu’il fasse plus d’efforts.

Selon les sources, BMW AG et Jaguar Land Rover Ltd. ont également adressé des demandes similaires au gouvernement britannique.

Le mois dernier, les associations européennes de l’industrie automobile ont révélé un calcul selon lequel leur secteur pourrait subir des pertes d’environ 110 milliards d’euros (130 milliards de dollars) au cours des cinq prochaines années si aucun ALE n’est conclu.

En mars 2019, Toyota a déclaré qu’il pourrait arrêter la production en Grande-Bretagne vers 2023 si le pays sortait du bloc sans accord. Un cadre de la succursale locale de Nissan a également déclaré en octobre de l’année dernière qu’il ne serait pas en mesure de maintenir un modèle d’entreprise durable.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont eu samedi des entretiens en ligne, au cours desquels ils ont convenu que des lacunes importantes subsistaient dans leur tentative de signer un ALE.

La Grande-Bretagne a convenu d’un ALE avec le Japon le mois dernier, son premier pacte commercial majeur après sa sortie de l’Union européenne en janvier 2020, car elle n’a pas encore conclu de négociations similaires avec les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Couverture connexe:

Suga et Johnson conviennent de rechercher des liens commerciaux plus solides après le Brexit

Le Japon et la Grande-Bretagne concluent un accord commercial post-Brexit dans 3 mois

  • Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne - Françoise Morvan - Livre
    Bretagne - Occasion - Bon Etat - Couv. tachée, passée ou marquée - Actes Sud GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
    29,90 €
  • Une Bretagne si étrange (1900-1920) - James ; James-D. Éveillard Huchet - Livre
    Histoire régionale - Occasion - Bon Etat - Mémoires - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
    3,97 €
  • France La Grande-Bretagne et les États-Unis au XXe siècle 1900 1940 par Williams & A.
    Pourquoi la France est-elle si souvent reléguée au second plan dans les études de relations internationales Ce livre cherche à rétablir cet équilibre exp...
    89,00 €

Written by Vegeta

La bande-annonce du spectacle: Le film Alan Moore taquine le cauchemar de Trippy

L’expérience liée à la connexion de deux grands objets dans l’intrication quantique a récemment été prouvée avec succès par les physiciens! Vérifiez-le.