Une forte confrontation entre la police et les manifestants fait plusieurs blessés à Lima lors des manifestations contre l’expulsion de Vizcarra

Une forte confrontation entre la police et les manifestants fait plusieurs blessés à Lima lors des manifestations contre l'expulsion de Vizcarra

Des policiers se couvrent de boucliers lors d’une confrontation avec des manifestants à Lima

Un groupe de manifestants et d’agents de la police nationale péruvienne (PNP) s’affrontent ce soir au milieu de la troisième marche nationale contre la présidence de Manuel Merino. Les citoyens ont tenté de rejoindre le Congrès de la nation mais ont été interceptés par un grand nombre de policiers, qui avaient encerclé la zone.

Jusqu’à présent, le nombre exact de blessés et de détenus n’est pas connu, mais plusieurs médias locaux ont signalé des abus commis par les forces de sécurité.

Face à cette situation, la police a utilisé des cartouches de gaz lacrymogène pour disperser les jeunes, certaines rues ont tenté de pousser au calme pour éviter plus d’affrontements et poursuivre la marche. Des policiers ont formé une ligne le long de toute l’avenue Abancay à Lima pour empêcher les manifestants de traverser. Cependant, l’utilisation de bombes, entre autres objets tels que des roquettes, se poursuit par les forces de l’État, qui sont renvoyées par les manifestants.

Le personnel humanitaire est également arrivé sur les lieux pour s’occuper des citoyens touchés par les gaz lacrymogènes. Entre-temps, un représentant du Bureau du Médiateur, Percy Castillo, a indiqué que cette confrontation avait fait au moins une jeune femme blessée, qui a été soignée par du personnel médical. Compte tenu de cela, le responsable a exigé de ne pas utiliser ces bombes lacrymogènes.

«(Notre personnel) a signalé des tirs de gaz lacrymogènes, qui ont blessé une jeune femme, mais l’utilisation de gaz lacrymogène et l’utilisation de pellets se poursuivent, ce que nous vérifions. Notre personnel a également été affecté par le gaz, s’il n’y a pas eu de motivation, il n’y a aucune justification pour le gaz lacrymogène. C’est une demande de l’ombudsman », a déclaré l’officier.

Les membres de la société civile assurent que le nombre de blessés est plus élevé que ce que dit la police, mais un chiffre exact est inconnu.

Pendant ce temps, le journal El Comercio de Peru a fait état de quatre cas de personnes qui étaient en marche jeudi 12 novembre dernier, qui ont reçu des impacts de sphères de verre (billes) comme s’il s’agissait de balles. La Division des enquêtes sur les homicides du Dirincri enquête sur ces événements. L’un d’eux est lié au photographe Alonso Chero, d’El Comercio, qui a été blessé par ce projectile alors qu’il faisait son travail de couverture de la manifestation contre le régime Manuel Merino sur l’Av. Abancay.

Tirer des billes comme projectiles n’est pas autorisé par le PNP. Selon leurs propres procédures, les agents sont autorisés à utiliser uniquement des gaz lacrymogènes et des fusils de chasse de calibre 12 mm chargés de billes de caoutchouc comme armes non létales pour contrôler les manifestations. Cependant, le général PNP Vicente Tiburcio, chef du Dirincri, a déclaré à El Comercio qu’ils enquêtaient sur la façon dont ces objets se sont retrouvés dans les corps du photographe et de trois manifestants. Pour les quatre d’entre eux, ces billes ont dû être enlevées par une opération chirurgicale d’urgence.

L’Organisation des États américains (OEA) enverra une mission au Pérou la semaine prochaine à la demande du nouveau gouvernement péruvien compte tenu de la situation de tension sociale dans le pays après la destitution de l’ancien président Martín Vizcarra lundi dernier par une motion de censure.

L’OEA enverra une mission d’observation électorale dirigée par l’ancien ministre paraguayen des Affaires étrangères Rubén Ramirez Lezcano, comme annoncé dans un communiqué du ministère péruvien des Affaires étrangères et confirmé plus tard par le secrétaire général de l’organisation, Luis Almagro.

La mission débarquera dans le pays étant donné que, puisque les élections prévues pour le 11 avril 2021 ont déjà été déclenchées, le processus électoral a commencé.

Cette décision est prise après que sept anciens ministres des Affaires étrangères de différents pays d’Amérique du Sud ont exigé que l’organisation internationale envoie une mission pour surveiller que «l’action de l’État et les forces de l’ordre» sont encadrées «strictement dans les lois internes».

De nombreuses organisations internationales, dont les Nations Unies, se sont déclarées préoccupées par les actions des forces de sécurité péruviennes contre les manifestants.

Actualités en développement…

  • Mjus Sac pour femme fait à la main en cuir de veau noir avec poches zippées et bandoulière réglable 08 NERO
    Noir - Sac pour femme en cuir de veau noir avec poches, fermeture zippée, bandoulière réglable et amovible, fabriqué à la main en Italie. Dimensions: 35x23x17cm Poignée h 13cm Bandoulière max h 50cm
    209,30 € 299,00 € -30%
  • Mjus Sac trapèze pour femme fait à la main en cuir de veau beige taupe avec bandoulière et fermeture zippée 03 BEIGE/MULTI
    Beige/Brun clair - Sac trapèze pour femme en cuir de veau beige et taupe, fermeture zippée, bandoulière, motif à carreaux, fait main en Italie. Dimensions: 40x36x15cm Poignée h 18cm Bandoulière h max 50cm
    209,30 € 299,00 € -30%
  • A.S.98 Sac pour femme fait à la main en cuir de veau blanc cassé avec fermeture à clip et pampilles 05 ROCCIA
    Beige - Sac pour femme en cuir de veau blanc cassé avec fermeture à clip et pampilles, fabriqué à la main en Italie. Dimensions: 33x38x13cm Poignée h 30cm
    279,30 € 399,00 € -30%

Written by SasukE

Xbox Series X, premières impressions

Xbox Series X, premières impressions

Le prix des résidences et des services funéraires augmente jusqu'à 2,3% tandis que l'IPC baisse de 0,9%

Le prix des résidences et des services funéraires augmente jusqu’à 2,3% tandis que l’IPC baisse de 0,9%