Le gouvernement chinois introduit une réglementation sur les licences de jeux sinocentriques

Le gouvernement chinois introduit une réglementation sur les licences de jeux sinocentriques

« Summoners War: Sky Arena » par Com2us / Gracieuseté de Com2us

Par Kim Jae-heun

Le gouvernement chinois a introduit un nouveau système de licence pour les sociétés de jeux nationales et internationales qui est susceptible de créer des difficultés supplémentaires pour les entreprises coréennes car il oblige les nouveaux jeux à inclure l’idéologie communiste et à contribuer à la promotion de la culture chinoise.

« Nous ne pourrons plus obtenir de licence de vente cette année. C’est comme si le gouvernement chinois disait qu’il mettra en œuvre le nouveau système comme une arme pour protéger son industrie nationale du jeu », a déclaré une source.

Selon le rapport « Weekly Global » de l’agence coréenne de contenu créatif (KCCI), mardi, le département de la propagande du Comité central du Parti communiste chinois a donné cinq critères selon lesquels un jeu sera évalué de 0 à 5: l’idéologie, signification culturelle, originalité, qualité et niveau de développement.

Un jeu nécessite en moyenne trois points dans toutes les catégories pour une licence et s’il n’en reçoit aucun dans une catégorie individuelle, il sera automatiquement exclu.

Le département de la propagande a déclaré que son nouveau système vise à fournir des lignes directrices spécifiques qui aideront les sociétés de jeux à promouvoir la signification culturelle et les idéaux politiques dans leurs jeux.

Cependant, les entreprises locales affirment que Pékin utilise des jeux pour étayer son argument selon lequel certaines icônes culturelles coréennes – hanbok et kimchi – sont originaires de Chine.

Récemment, un jeu chinois a montré la pop star coréenne IU portant un costume traditionnel de la dynastie Qing, qui ressemblait presque au hanbok, le vêtement traditionnel coréen.

En novembre dernier, un autre jeu chinois « Shining Nikki » a également lancé un hanbok pour son personnage de jeu pour célébrer le lancement de son service en Corée, ce qui a amené les utilisateurs chinois à affirmer que le hanbok provenait de leur propre culture. Paper Games, l’opérateur de «Shining Nikki», a annoncé la fermeture de son serveur coréen le mois suivant alors que la controverse éclatait.

« Une telle controverse a conduit le gouvernement chinois à prendre des mesures. Cette nouvelle réglementation signifie qu’il n’importera aucun jeu qui défie le sinocentrisme », a déclaré une source de l’industrie. « Nous attendions quelque chose de la Chine, mais c’est ridicule. C’est comme si nous devions faire un match pour la Chine. »

Au cours des quatre dernières années, le gouvernement chinois a été strict en ce qui concerne l’approbation des licences de vente pour les jeux coréens. L’approbation par le gouvernement coréen du déploiement d’un système antimissile américain THAAD à Séoul en 2017 a déclenché cette revanche économique de Pékin. Un seul jeu coréen « Summoners War: Sky Arena » de Com2us a été autorisé à sortir en Chine depuis lors.

Japanfm.fr est composé d’une jeune équipe de rédacteurs passionnés par tout ce qui touche l’Asie en général. N’hésitez pas à partager notre article si celui-ci vous a plu !

Written by SasukE

Top 25 des albums K-Pop les plus vendus en avril

Top 25 des albums K-Pop les plus vendus en avril

Invincible: Allen the Alien pourrait être l'arme secrète de la saison 2

Invincible: Allen the Alien pourrait être l’arme secrète de la saison 2