Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

Review du tome 1 de CHRONIQUES DE LAPICYAN !

Review du tome 1 de CHRONIQUES DE LAPICYAN !

Sora Japan FM 14:41 - 29 juin 2016

Le 29 juin le manga Chroniques de Lapicyan fait son entrée dans le catalogue de Glénat! Un shojo fantastique qui vous fera voyager dans un monde ou Esprits et Humains vivent dans des lieux à couper le souffle! De plus il s’agit de la troisième série des éditions Glénat qui travaille en directe collaboration avec l'auteure. D’ailleurs, l’auteure Linco sera présente lors de Japan EXPO! En bonus, l’avis de Sora!

 

Résumé : Il existe un royaume, le royaume de Lapicyan ou les esprits de la nature et les humains vivaient en bonne entente. Mais un jour, un humain ébloui par le pouvoir des gemmes crées par les esprits, décident de tuer ces derniers pour récupérer le plus de gemmes possible.
Des siècles plus tard, dans un village reculé du Royaume, au plein cœur du désert vit la jeune Sui - mi- humaine, mi- esprit - qui vit à l’abri de tous conflits. Mais sa rencontre avec un puissant esprit de l’eau nommé Luli va bouleverser sa vie. Elle décide de partir à la recherche de ses origines, mais sur son chemin elle risque de se retrouver face à son destin dans une aventure qui déterminera l’avenir du monde…


Titre : Chroniques de Lapicyan
Auteur : Linco
Genre : Shôjo
Editeur : Glénat
Date de sortie du tome 1: 29 juin 2016
Date de sortie du tome 2: 18 août 2016
Public : Tous publics
: tous les points de ventes habituels

 

L’avis de Sora:

Il y a des shojos qui respirent une aura douce et fantastique qui n’est pas sans me rappeler mon enfance bercée de "Sailor Moon", et autre magical girl. Et j’avoue qu’en ayant “Chroniques de Lapicyan” dans les mains j’ai cru respirer cette aura. Or, cette dernière est plus complexe que celle que j’imaginais. Linco nous plonge à travers sa première série dans une œuvre fantastique qui nous transporte dans un monde où la magie est aussi fascinante que dangereuse.

Chroniques de Lapicyan” c’est un manga qui m’a laissé perplexe dès les premières pages, car ce n’est absolument pas ce à quoi je m’attendais. L’histoire parait à première vue presque banale. L’histoire d’une jeune adolescente qui au premier abord n’a rien de spécial, mais dont le destin est hors du commun. Accompagnée d’un ami, elle devra faire face aux forces du mal, et qui sait, trouvera-t-elle peut être l’Amour -celui avec un grand “a”, le pur et dur-. Bref le combat perpétuel, du Bien contre le Mal, de la Lumière contre les Ténèbres.

 

CHRONIQUES DE LAPICYAN © 2016 Linco / Éditions Glénat

Or la trame du scénario est mieux ficelée que cela. Sui n’est pas seulement qu’une simple héroïne parfaite. Elle a de nombreux défauts qui forgent sa personnalité, et notre sympathie envers elle. Elle possède un fort caractère et n’hésite pas à prendre tous les risques possibles et inimaginables pour ceux qui lui sont chers. De plus le personnage de Luli est à mes yeux un vrai atout au scénario. Cet esprit de l’eau du désert où vit Sui possède une personnalité forte et paradoxale. Il peut se montrer tantôt aussi froid que la glace, et l’instant d’après se trouve être une présence chaleureuse. Il peut paraître comme le pire des égoïstes à un instant, et quelques pages plus tard, on peut se faire la réflexion qu’il s’agit en fait d’un être d’une grande générosité. Et sans spoiler, je peux vous garantir que l’on est loin d’arriver au bout de nos surprises avec Luli tout comme avec Sui.

Si les traits doux, soulignent une certaine douceur et fragilité dans l’œuvre, passant parfois à des personnages à la limite du genre chibi, l’histoire n’en reste pas moins forte. Dans ce manga initiatique nous suivons je le rappelle le parcours de la jeune Sui,  - mi- humaine, mi- esprit -, et c’est à travers son regard d’apparence innocente que nous découvrons un monde où les esprits sont massacrés en masse pour les gemmes qu’ils contiennent et qui sont pleins de pouvoirs. Et c’est sans doute ceci qui m’a le plus plu: Linco souligne à travers son œuvre une discrimination qui n’est pas étrangère à notre propre monde. A travers son univers fantastique et son récit, plusieurs sujets importants et universels peuvent être aperçus: la fidélité, les principes de l’amitié, l’entre aide, la discrimination, le rejet etc.

Et c’est au contact de Luli que ces sujets commencent à être abordés ou approfondis. Luli est un esprit qui ne supporte plus la vue d'un être humain, car c'est l'humanité qui a décimé les siens années, après années. Pourtant, -et malgré tous ses efforts- il ne peut s'empêcher d’être intrigué par Sui, cette métisse pleine de vie et de ressource, qui est prête à tout pour retrouver ses origines et mieux comprendre les parts de son métissage. Ensemble, ils décident de monter à la capitale pour en apprendre plus sur son passé et ainsi son Histoire, et sur leur chemin bon nombre de rencontres les attendent, qu’elles soient bonnes ou négatives. Un voyage initiatique qui nous pousse au-delà de l’imagination et de l'émerveillement, nous faisant même  souhaiter vivre dans une monde comme celui-ci, ou avoir des pouvoirs -comme c’est souvent le cas avec les œuvres fantastiques-.

Les traits doux et harmonieux de Linco collent parfaitement à cette œuvre fantastique qui nous fait voyager de désert, à forêts, en passant par ces cités qui ne sont pas sans nous rappeler des lieux que l’on trouve également sur notre planète bleue, tels que le désert de Gobi, la cité Alhambra, mais également la rivière Odeleite au Portugal. Il est également aussi important de souligner que “Chroniques de Lapicyan” est sublimé par les quelques pages en couleur de Linco qui ne sont pas sans nous rappeler des œuvres en aquarelles de peintres mondialement connus tel que Thomas GIRTIN et J.M.W TURNER pour le ciel et ses nuances ; Thomas MORAN pour ses vastes paysages, ou encore Irving SHAPIRO pour l’équilibre et l’harmonie de la ligne d'horizon et de ses cieux.

 

CHRONIQUES DE LAPICYAN © 2016 Linco / Éditions Glénat et
Désert de Gobi © Åukasz Kurbiel / 123RF

 

En bref, un bel ajout pour la collection Shojo de Glénat. Il est d’ailleurs important de souligner que “Chroniques de Lapicyan” est, après “Cagaster” et “Crueler than Dead”, la troisième série à être éditée par les Éditions Glénat en collaboration directe avec l'auteure. En clair, le manga n’a été signé nul part ailleurs, il n’a pas été publié d’abord au Japon avant d'arriver en France des mois voire des années après. Non, là les Éditions Glénat ont l'exclusivité sur “Chroniques de Lapicyan”. Et vu les 3 belles séries sur lesquelles Glénat travaille directement avec les auteurs, on n’a qu’une envie impatiente: celle de lire les suivantes!

Mais, attention à vous chers adeptes du manga, le retour à la réalité est difficile après “Chroniques de Lapicyan”, car ce tome 1 nous laisse remplis de questions. Quelle est donc l’histoire des parents de Sui? Quelle est donc l’histoire qui se cache derrière sa bague, seul souvenir de ses parents? Luli  finira-t-il par faire entièrement confiance à Sui? L’esprit sombre qui avait poussé les humains et les esprits à s'entre-tuer ne serait-il pas de retour?

Pour avoir la réponse à ses questions, il faudra attendre le tome 2 de “Chroniques de Lapicyan” ou tout simplement poser la question à Linco car l’auteure sera présente à Japan Expo.

Mais en attendant, vous pouvez découvrir le nouveau shojo évènement de Glénat juste ici:

 

 

Source: Glénat.
Source Photo: CHRONIQUES DE LAPICYAN © 2016 Linco / Éditions Glénat et © Åukasz Kurbiel / 123RF

 

 

 

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company