Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

"L'ART DE NAOKI URASAWA" s'expose à Paris

Tenshi JFM 18:30 - 13 février 2018

Du 13 Février au 03 Mars 2018 à l’Hôtel de Ville de Paris l’exposition Naoki URASAWA fait une courte escale après avoir rencontré un vif succès à Angoulême.

Naoki URASAWA est le mangaka qui se cache derrière les séries cultes : "20th Century Boys" et "Monster". Naoki URASAWA est avant connu pour être un scénariste ayant le génie du thriller psychologique, ayant un trait caractéristique, légèrement "old school", et une prédilection pour les histoires ayant une dimension internationale.  Grâce à cette exposition, on découvre que Naoki Urasawa c’est bien plus que cela.

 

 

 

Lors de notre visite nous avons la chance d’être guidé par l’artiste lui-même et également par Stéphane BEAUJEAN, directeur artistique du Festival d’Angoulême et passionné du travail du mangaka. A travers leurs explications communes on découvre un auteur complexe. Naoki URASAWA est à la fois un dessinateur technique et perfectionniste, un humaniste convaincu, un metteur en scène, un musicien, un fan respectueux de ses ainés et un jeune prodige humble mais avec une pointe d’insolence dans le talent.   

 

 

 

 

Les planches originales, les crayonnés, les story-boards nous permettent de découvrir son trait structurant, les expressions de ses personnages calculées au millimètre près (véridique) et le sens de la mise en scènes.  Stéphane BEAUJEAN soulève le fait que Naoki URASAWA ne travaille presque uniquement qu’a la couleur et avec très peu de noir, il se sert de sa palette pour donner à la fois un relief et une aura à ses planches. Un style de travail que peu de mangaka peuvent se permettre.

 

 

 

 

 

L’exposition est antéchronologique, vous découvrirez en premier les dernières publications de l’auteur pour remonter progressivement jusqu’à des origines insoupçonnées. Vous aurez donc le plaisir de découvrir le petit dernier de la famille : "Mijirushi" dont l’histoire est liée au musée du Louvre dans le contexte de la France des années Mitterrand (années 80-90).  
Dans sa constitution l’expositions alterne entre les manga d’URASAWA et les grands thèmes qui composent son œuvre ainsi que ses hommages à ses influences de TEZUKA à Moebius.

On remonte le temps de surprises en surprises. Saviez-vous que le premier énorme succès en tant que dessinateur était un manga sportif sur le Judo nommé "Yawara" ? Maintenant, oui.   

Et vers la fin vous aurez le droit à de belles exclusivités comme les pochettes des albums qu’il a créées, deux originaux dessinés sur les murs mêmes de l’exposition et les carnets de dessins d’enfance de l’auteur qui laisse entrevoir le talent brut, déjà bien présent, à son jeune âge.

 

 

 

 

 

 

Et la pointe d’insolence me direz-vous ? La pointe d’insolence, elle, se trouve dans la réponse même de Naoki URASAWA à l’une de nos questions. Quand on lui demande comment il arrive à planifier ses scénarii autant à l’avance sachant que les conditions de production du manga font que le rythme de production est très soutenu et que la durée d’une série est soumise à la volonté du lectorat, celui-ci répond avec une certaine nonchalance qu’il fait ça... très naturellement, sans trop avoir à y réfléchir. Que parfois, évidemment, il planifie certains moments clés de ses récits mais que souvent c’est son moi du présent qui remercie son moi du passé pour les cadeaux que ce dernier à laissé dans les chapitres précédents et qui lui donne la matière nécessaire pour ses nombreux rebondissements.

Ce sont toutes les facettes de Naoki URASAWA : ce garçon boudeur du 20ème siècle qui vous défie du regard et qui refuse de vous parler, un esprit créatif baignant dans la toutes les formes de cultures, un artiste multitalent comme un policier dansant, un épicurien rêveur, un monstre de travail et de talent.

 

 

 

   

 

L’avis de Tenshi :

L’exposition "L'Art de Naoki Urasawa", au premier regard, ne paye pas de mine. Elle semble un peu petite, et, l’emplacement peut paraitre surprenant ; mais vous auriez tord de passer à côté. Il s’agit en fait d’une véritable mine d’or remplie de pépites sur le travail de ce mangaka. Il est rare qu’un artiste japonais se livre autant dans une exposition alors autant en profiter. 

 

 

 

Le lieu, en lui-même, quoique limité en capacité d’accueil, est agréable et on ne peut plus central. La mise en valeurs des objets exposés est efficace.       

Sommes toutes, les organisateurs ont bien fait les choses car à la fin de l’exposition un corner shop est présent avec un vaste choix de produits dérivés. Officiel, de bonne qualité, et horriblement rares sur le territoire, ils sont très intéressants pour les fans de l’auteur. Néanmoins, attention au porte-monnaie certains goods d'imports sont très onéreux.  

Informations pratiques dans votre agenda.

 

       

 

 

Laissez un commentaire

© 2016 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company