Ecoutez Japan FM Ecoutez Japan FM Idols Ecoutez Japan FM OST Ecoutez Japan FM Visual

Il y a 74 ans s’achevait la sanglante bataille d’Okinawa

Il y a 74 ans s’achevait la sanglante bataille d’Okinawa

16:50 - 24 juin 2019

Durant la Seconde guerre mondiale, le département d’Okinawa a été le théâtre d’une bataille sanglante. Le Premier ministre et le gouverneur d’Okinawa se sont réunis ce dimanche autour d’une cérémonie en hommage aux 241 566 morts.

La bataille d’Okinawa était la bataille la plus sanglante du Pacifique durant la Seconde guerre mondiale, celle qui a fait le plus de victimes sans compter les bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki. Contexte : le 25 mars 1945, les Américains remportent tout juste la bataille d’Iwo JimaOkinawa devient la prochaine étape, l’armée américaine étant certaine que l’archipel devrait être une base pour les Alliés en attendant l’objectif final, celui d’occuper tout le Japon avant la fin de l’année 1946. Dès le lendemain de la fin de la bataille d’Iwo Jima, l’armée américaine débarque sur l’île de Kerama, au sud-ouest de l’île principale d’Okinawa. Les soldats américains débarquent à Okinawa le 1er avril et s’en suit une bataille qui s’achèvera  le 23 juin 1945 avec le suicide par seppuku du commandant de l’armée impériale. Si on dit que la bataille d’Okinawa est très meurtrière c’est que durant les trois mois qu’a duré cette bataille, il y a eu autant de victimes civiles qu’au sein de l’armée japonaise avec 94 000 civils tués soit ¼ des Okinawais à l’époque, et 94 000 soldats japonais tués tandis que du côté des soldats américains, on compte 12 500 morts. Cette bataille historique a marqué aussi les esprits en raison d’un nombre important de suicides collectifs y compris chez les civils suivant un ordre de l’armée impériale afin de ne pas se rendre à l’ennemi. En leur mémoire, chaque 23 juin est célébré le Irei no Hi -un jour férié uniquement à Okinawa, devant le Heiwa no Ishiji ou Pierre angulaire de la Paix. Cette année, pour la 1ère commémoration de la bataille d’Okinawa de l’ère Reiwa, 42 noms ont été ajoutés sur ce monument, ensemble de stèles sur lesquelles sont inscrites les noms des victimes Japonaises et étrangères confondues, tombées entre le débarquement sur l’île de Kerama jusqu’à la capitulation du Japon le 2 septembre 1945, faisant un total de 241 566 morts. C’est en leur mémoire que le Premier ministre Shinzô ABE et le gouverneur d’Okinawa Denny TAMAKI se sont réunis ce dimanche 23 juin, au Mémorial de la paix d’Okinawa à Itoman et observer une minute de silence.

 

Si la bataille d’Okinawa fut dévastatrice, la localisation de l’archipel est aussi décisive sur les relations diplomatiques qui suivront entre le Japon et les Etats-Unis. Parce que le Japon a perdu la guerre et a capitulé, les Américains occupent les installations militaires de l’archipel et administrent Okinawa jusqu’en 1972. Après la rétrocession des îles d’Okinawa au Japon, les bases militaires restent entre les mains des Américains pour assurer la défense du pays mais aussi la stabilité de la région, conformément au traité de sécurité unissant le Japon et les Etats-Unis. Aujourd’hui encore, ces installations militaires US ont un impact dans la vie des Okinawais puisque plus de 73% d’entre elles sont situées dans ce département.  Et sur les 52 000 soldats américains affectés au Japon, la moitié d’entre eux sont basés à Okinawa. Si on entend beaucoup parler de la base de Futenma et de la problématique relocalisation vers Henoko, il y a en effet de nombreuses autres bases réparties à Okinawa. Or, entre 1972 et 2015, ce sont plus de 5 900 crimes et délits qui auraient été causés par ces soldats, plus particulièrement le viol d’une fillette de 12 ans par trois Marines américains qui a profondément scandalisé l’opinion publique. Et si la base de Futenma est problématique c’est aussi car elle se trouve à Ginowan, une ville dense en population et pour qui l’emplacement de la base est devenue un danger. C’est la raison pour laquelle la base doit fermer pour être relocalisée à Henoko, village moins habité mais où un désastre écologique est annoncé si les constructions pour le transfert se poursuivent. Un déménagement rejeté par les habitants d’Okinawa, comme le démontrent les nombreuses manifestations contre le projet de relocalisation de la base et les résultats des différents référendums sur le sujet, hélas sans aucune valeur d’obligation pour le gouvernement central. Ainsi, durant ces 74ème  commémorations  de la bataille d’Okinawa, le gouverneur Denny TAMAKI a prononcé un discours de paix dans lequel il « urge le gouvernement central d’abandonner les projets de relocaliser la base militaire de Futenma dans le département d’Okinawa ». S’exprimant en dialecte régional et en anglais, le gouverneur a ainsi exprimé le désir d’un « monde de paix éternelle » pour mieux souligner l’inutilité du transfert de la base de Futenma à Henoko et la volonté de la population locale de transférer cette base ailleurs qu’à Okinawa. Mais par son emplacement géographique stratégique, faisant de l’archipel une porte d’entrée vers l’Asie et un emplacement idéal pour contrer la Chine,  au nom du traité de sécurité unissant le Japon aux Etats-Unis mais aussi des menaces de la Corée du Nord, le souhait des Okinawais semble impossible à exaucer. Le Premier ministre a promis sur ce sujet « réduire à Okinawa le poids du fardeau de ces bases » insistant sur le fait que délocalisation ne signifie pas nouvelle base. Argument appuyé par une réduction progressive du nombre de soldats américains au Japon depuis quelques années, tous ceux de Futenma n’étant pas nécessairement réaffectés à Henoko, mais ailleurs à Guam ou Hawaï.

 

Reste une autre alternative qui ne fait pas l’unanimité dans la nation pour se débarrasser des bases indésirables, celle de revoir la Constitution du pays conformément aux ambitions du Premier ministre et ainsi retrouver l’indépendance du Japon.

 

Sources : Mainichi Shimbun, Kyodo News, Asialyst.

Photo : via site officiel Japan Kantei.

Laissez un commentaire


© 2019 Japan FM est une marque déposée par IGAM Entertainement Mentions légales | CG d'Utilisation | CG des concours SMS Réalisé par La News Company