in

AVIS: La décision de Fukushima sur les déchets nucléaires est également une question de droits de l’homme

Dans quelques semaines, le gouvernement du Japon aura l’occasion de démontrer au monde combien il valorise la protection des droits de l’homme et de l’environnement et de respecter ses obligations internationales.

Au lendemain de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi, moi-même et d’autres rapporteurs spéciaux des Nations Unies avons constamment exprimé des préoccupations concernant les approches adoptées par le gouvernement du Japon. Nous sommes préoccupés par le fait que l’augmentation des « limites acceptables » d’exposition aux rayonnements pour une réinstallation urgente viole les obligations du gouvernement en matière de droits de l’homme envers les enfants.

Nous sommes préoccupés par l’exploitation possible des migrants et des pauvres pour les travaux de décontamination radioactive. Notre préoccupation la plus récente concerne la manière dont le gouvernement a utilisé la crise du COVID-19 pour accélérer considérablement son calendrier de décision de déverser ou non les eaux usées radioactives qui s’accumulent à Fukushima Daiichi dans l’océan.

Mettant de côté les obligations incombant au Japon de consulter et de protéger en vertu du droit international, cela m’attriste de penser qu’un pays qui a souffert des horreurs d’être le seul pays sur lequel pas une mais deux bombes nucléaires ont été larguées pendant la guerre, continuerait sur une une telle voie pour faire face aux conséquences radioactives de la catastrophe de Fukushima Daiichi.

Baskut Tuncak (Kyodo)

Couverture connexe:

AVIS: Réflexions sur le traité de sécurité américano-japonais à 60 ans

AVIS: Préparatifs nécessaires à la sécurité mondiale à l’ère des coronavirus

AVIS: Lettre de Washington: saison Sakura et révolution Corona de Washington

La libération des eaux usées toxiques collectées de la centrale nucléaire de Fukushima serait, sans aucun doute, un coup terrible pour les moyens de subsistance des pêcheurs locaux. Indépendamment des risques pour la santé et l’environnement, les dommages à la réputation seraient irréparables, une cicatrice invisible et permanente sur les fruits de mer locaux. Aucune somme d’argent ne peut remplacer la perte de culture et de dignité qui accompagne ce mode de vie traditionnel pour ces communautés.

Les communautés de Fukushima, si dévastées par les événements tragiques du 11 mars 2011, ont exprimé ces dernières semaines leurs préoccupations et leur opposition au rejet de l’eau contaminée dans leur environnement. C’est leur droit humain à un environnement qui leur permet de vivre une vie dans la dignité, de profiter de leur culture et de ne pas être délibérément exposé à une contamination radioactive supplémentaire. Ces droits doivent être pleinement respectés et ne doivent pas être ignorés par le gouvernement de Tokyo.

Le rejet de déchets nucléaires dans l’océan pourrait nuire aux relations internationales du Japon. Les pays voisins sont déjà préoccupés par le rejet de grands volumes de tritium radioactif et d’autres contaminants dans les eaux usées.

Le Japon a le devoir, en vertu du droit international, de prévenir les atteintes transfrontières à l’environnement. Plus précisément, en vertu de la Convention de Londres, le Japon a l’obligation de prendre des précautions concernant le déversement de déchets dans l’océan. Compte tenu de l’incertitude scientifique des impacts sanitaires et environnementaux de l’exposition aux rayonnements de faible intensité, l’élimination de ces eaux usées serait totalement contraire à l’esprit, sinon à la lettre, de cette loi.

Les peuples autochtones ont un droit internationalement reconnu à un consentement libre, préalable et éclairé. Cela comprend l’élimination des déchets dans leurs eaux et les actions qui peuvent contaminer leurs aliments. Quelle que soit la taille du gouvernement japonais, cette contamination sera due à l’eau et à la nourriture, il est incontestablement obligatoire de consulter les peuples autochtones potentiellement touchés qu’il n’a pas rencontrés.

Le gouvernement japonais ne s’est pas assuré et ne peut pas s’assurer de consultations sérieuses comme l’exige le droit international des droits de l’homme pendant la pandémie actuelle. Il n’y a aucune justification pour un tel calendrier accéléré de façon dramatique pour la prise de décision pendant la crise de Covid-19. Le Japon a l’espace physique pour stocker les eaux usées pendant de nombreuses années.

Je fais rapport chaque année au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies depuis six ans. Qu’il s’agisse des droits de l’enfant ou des droits des travailleurs, dans presque chacune de ces discussions aux Nations Unies, la situation de Fukushima Daiichi est soulevée par les observateurs concernés que le monde entend. Les organisations intervenantes ont plaidé chaque année pour que le gouvernement japonais lance une invitation à visiter afin que je puisse faire des recommandations pour améliorer la situation. Je regrette que mon mandat se termine sans une telle opportunité malgré mes demandes répétées de visiter et d’évaluer la situation.

La catastrophe de 2011 ne peut pas être annulée. Cependant, le Japon a encore la possibilité de minimiser les dommages. À mon avis, il existe de graves risques pour les moyens de subsistance des pêcheurs au Japon ainsi que pour sa réputation internationale. Encore une fois, j’exhorte le gouvernement japonais à réfléchir à deux fois sur son héritage: en tant que véritable champion des droits de l’homme et de l’environnement, ou non.

(Baskut Tuncak est rapporteur spécial des Nations Unies sur les implications pour les droits de l’homme de la gestion et de l’élimination écologiquement rationnelles des substances et des déchets dangereux depuis 2014.)

  • Panneau Parking flèche à droite sur poteau
    Ces panneaux de parking avec textes standards vous permettent de matérialiser vos places de parking dédiées et réservées.. Le panneau est livré avec son poteau carré et sa fixation.. Possibilité de réaliser également vos Panneaux Places de parking réservées personnalisables en ligne.. Découvrez également
    118,80 €
  • Bureau droit/table à diner 'CALIFORNIA' en bois blanc
    Le bureau CALIFORNIA est éclatant de sobriété ! Une tablette en bois brillant fixée sur une structure en métal blanche également suffit à afficher un look très moderne. Une simplicité qui aura également l'avantage de s'adapter aisément à la décoration intérieure de votre bureau !
    314,10 € 349,00 € -10%
  • Jacob Delafon Baignoire en acrylique 160 x 85 cm - version droite - Malice - JACOB DELAFON
    L'avis du spécialiste sur la baignoire Malice 160 x 85 cm Cette baignoire, fabriquée par le français Jacob Delafon, porte bien son nom !Elle est en effet fournie avec son système de vidage complet, ses pieds de réglage (de 85 à 115 cm) et un tablier plein d'astuces en option ! La Malice est fabriquée en
    538,00 €
Voir aussi  Un voyageur fréquent révèle ce que c'est que de faire des affaires entre Heathrow et New York pendant la crise de Covid-19

Written by Vegeta

APPEL DE FONCTION LIVE-FR GUERRE MODERNE / MULTI ET WARZONE JE TEST VOS CLASSES VENEZ !! / 1000ABOS 1CADEAUX!

Cassie Randolph de The Bachelor dément toutes les rumeurs indiquant sa rupture avec Colton Underwood!