in

La religion au Japon

Sanctuaire Shintoïste

La religion indigène du Japon, le Shintō, coexiste avec diverses sectes du bouddhisme, le christianisme et certaines pratiques chamaniques anciennes, ainsi qu’un certain nombre de “nouvelles religions” (shinkō shukyō) apparues depuis le XIXe siècle. Aucune des religions n’est dominante, et chacune est affectée par les autres. Ainsi, il est typique pour une personne ou une famille de croire en plusieurs dieux Shintō et d’appartenir en même temps à une secte bouddhiste. Les sentiments religieux intenses font généralement défaut, sauf chez les adeptes de certaines des nouvelles religions. Les enfants japonais ne reçoivent généralement pas de formation religieuse formelle. En revanche, de nombreux foyers japonais contiennent un autel bouddhiste (butsudan), sur lequel divers rituels – certains quotidiens – commémorent les membres décédés de la famille.

Graphique Religion Au Japon

Shintoïsme

Le Shintō est une religion polythéiste. Des personnes, généralement des personnages historiques majeurs, ainsi que des objets naturels ont été consacrés comme dieux. Certains des dieux hindous et des esprits chinois ont également été introduits et japonisés. Chaque village possède au moins un sanctuaire et il existe plusieurs sanctuaires d’importance nationale, dont le plus important est le Grand sanctuaire d’Ise, dans la préfecture de Mie. De nombreuses cérémonies liées à la naissance d’un enfant et aux rites de passage à l’âge adulte sont associées au Shintō. Après la restauration Meiji (1868), le Shintō a été restructuré en tant que religion soutenue par l’État, mais cette institution a été abolie après la Seconde Guerre mondiale.

Shintoïsme

Bouddhisme

Le bouddhisme, qui revendique le plus grand nombre d’adeptes après le Shintō, fut officiellement introduit à la cour impériale depuis la Corée au milieu du VIe siècle de notre ère. Le contact direct avec la Chine centrale a été maintenu, et plusieurs sectes ont été introduites. Au VIIIe siècle, le bouddhisme fut adopté comme religion nationale, et des temples, des nonneries et des monastères nationaux et provinciaux furent construits dans tout le pays.

Les sectes Tendai (Tiantai) et Shingon ont été fondées au début du IXe siècle, et elles ont continué à exercer une profonde influence dans certaines régions du Japon. Le bouddhisme zen, dont le développement remonte à la fin du 12e siècle, a conservé de nombreux adeptes. La plupart des grandes sectes bouddhistes du Japon moderne descendent toutefois de celles qui ont été modifiées au XIIIe siècle par des moines tels que Shinran, qui a créé une ramification du bouddhisme de la Terre pure (Jōdo) appelée la secte de la Vraie Terre pure (Jōdo Shinshū), et Nichiren, qui a fondé le bouddhisme Nichiren.

Temple Bouddhiste Japonais Grand Bouddha

Christianisme et sectes

Le christianisme a été introduit au Japon par des missionnaires jésuites, puis franciscains, entre le milieu et la fin du XVIe siècle. Il a d’abord été bien accueilli, à la fois comme religion et comme symbole de la culture européenne. Après l’établissement du shogunat Tokugawa (1603), les chrétiens ont été persécutés, et le christianisme a été totalement interdit dans les années 1630. Les îles inaccessibles et isolées et la péninsule de l’ouest de Kyushu ont continué à abriter des villages de “chrétiens cachés” jusqu’à ce que l’interdiction soit levée par le gouvernement Meiji en 1873. Le christianisme a été réintroduit par les missionnaires occidentaux, qui ont établi un certain nombre de congrégations orthodoxes russes, catholiques romaines et protestantes. Les chrétiens pratiquants ne représentent qu’une infime partie de la population totale.

La grande majorité de ce que l’on appelle aujourd’hui les “nouvelles religions” ont été fondées après le milieu du 19e siècle. La plupart ont leurs racines dans le Shintō et le chamanisme, mais elles ont également été influencées par le bouddhisme, le néo-confucianisme et le christianisme. L’une des plus importantes, la Sōka Gakkai (” Société de création de valeur “), est basée sur une secte du bouddhisme Nichiren. Une autre nouvelle secte Nichiren à attirer de nombreux adeptes est la Risshō Kōsei-kai. Parmi les nouveaux cultes Shintō, citons le Tenrikyō et le Konkōkyō.