Les méchants de Star Trek qui ont vraiment eu un point

Les méchants de Star Trek qui ont vraiment eu un point
Harry Mudd dans Star Trek: Discovery

Harry Mudd

Dans Star Trek: la série originale, Harry Mudd a été présenté comme un escroc, un mec qui semblait être d’accord pour tirer profit de la prostitution (dans « Mudd’s Women ») et qui était également en train de blâmer tout l’équipage du Entreprise sur une planète aléatoire (dans «I, Mudd»). Ce n’est pas une bonne personne. Pas même proche. Mais, il fait une jolie affaire contre le manque de planification de Starfleet. Dans le Découverte épisode «Choisissez votre douleur», Mudd accuse Starfleet d’avoir déclenché la guerre avec les Klingons et, par conséquent, de mettre en danger la plus grande population de la galaxie. «Je comprends vraiment pourquoi les Klingons ont repoussé», dit Mudd à Ash Tyler. «L’arrogance de Starfleet. Avez-vous déjà pris la peine de regarder hors de vos vaisseaux spatiaux les petits gars ci-dessous? Si c’était le cas, vous vous rendriez compte que nous sommes beaucoup plus nombreux là-bas que vous ici, et nous en avons assez d’être pris entre deux feux.

Seska dans Star Trek: Voyager

Seska

En un coup d’œil, Seska semble assez irrémédiable. Elle rejoint le maquis idéaliste mais est secrètement une espionne cardassienne. Une fois dans le quadrant Delta, elle essaie de baiser Voyageur autant que possible, principalement en se connectant avec le Kazon. Cela dit, Seska est aussi une personne prise dans des structures de pouvoir désespérément sexistes et dominées par les hommes et fait ce qu’elle doit faire pour gagner en liberté et en pouvoir. L’armée cardassienne n’est pas exactement éclairée ni gentille, donc le fait que Seska ait été recrutée dans l’Ordre d’obsidienne en premier lieu explique certainement son conditionnement trompeur. On pourrait dire que Seska aurait pu devenir une meilleure personne une fois qu’elle avait eu le capitaine Janeway comme allié, mais la vérité est qu’elle était toujours une espionner pris derrière les lignes ennemies, mais soudainement sans gouvernement à qui faire rapport. Alors, Seska a fait ce qu’elle devait faire pour survivre, même mentir à Chakotay au sujet de la naissance de son enfant. Le fait est que, encore une fois, en dehors de Starfleet, Seska est à la merci des machinations sexistes du Kazon, donc encore une fois, elle utilise en quelque sorte tous les outils à sa disposition pour gagner en liberté. Avait Voyageur pas allé dans le quadrant Delta, et la méchanceté de Seska a peut-être été plus claire. Mais, une fois que la raison de son espionnage devient théorique, sa situation devient plus désespérée et, à un certain niveau, plus compréhensible.

Voir aussi :  La vraie histoire d'Al Capone
Charlie Evans tient quelques cartes dans Star Trek: la série originale

Charlie Evans

Dans La série originale, Kirk adore dire aux humains dotés de pouvoirs divins où le pousser. Dans «Where No Man Has Gone Before», il met en phase Gary Mitchell et l’enterre sous un rocher. Mais, dans «Charlie X», lorsque l’adolescent Charlie Evans obtient également des pouvoirs psioniques, Kirk fait un travail loin d’être un bon modèle. Pendant la majeure partie de l’épisode, Kirk essaie d’éviter de devenir le parent de substitution de Charlies, et quand il essaie, cela se traduit par un match de lutte embarrassant trop macho avec ces fameux collants roses.

Charlie était un être humain profondément troublé, et rien ne justifiait qu’il harcèle l’équipage et Janice Rand en particulier. Mais, en colère, les enfants comme Charlie doivent être aidés avant que il arrive à ce point. Kirk essaya principalement d’esquiver la responsabilité adulte d’apprendre les ficelles de Charlie, et ce n’est que lorsque des extraterrestres amicaux sont arrivés que tout le monde a poussé un soupir de soulagement. Mais ne vous méprenez pas, ces extraterrestres ne sont fondamentalement que des travailleurs sociaux, faisant le travail acharné dont Starfleet est incapable.

Data et la reine Borg

La reine Borg

Parce que l’origine de la reine Borg a des origines canoniques douteuses, tout ce qu’on nous a dit Voyageur est qu’elle a été assimilée enfant, tout comme Seven of Nine. Comme Hugh et Jean-Luc discutent dans le Picard l’épisode «The Impossible Box», au fond, tout le monde assimilé par les Borgs est, à un certain niveau, une victime. La reine n’a jamais été présentée de cette façon ni Premier contact ou alors Voyageur, mais, à un moment donné, les écrivains Judith et Garfield Reeves-Stevens avaient lancé une histoire pour Entreprise qui aurait présenté Alice Krige en tant que technicienne médicale de Starfleet qui a pris contact avec les Borgs.

Voir aussi :  Star Trek Discovery: Comment Book et Burnham sont tranquillement devenus la romance la plus saine de la télévision

Parce qu’Alice Krige et Susanna Thompson ont joué la reine Borg, il est possible que les histoires de chaque reine soient différentes et qu’elles ne soient peut-être pas les même personnage. Quoi qu’il en soit, en supposant que la reine Borg conserve un certain niveau d’autonomie par rapport aux autres drones (probablement?), Elle tire à peu près le meilleur parti d’une mauvaise situation. En fait, au moment où vous admettez que les Borgs sont imparables, le désir de la reine de laisser Picard conserver un certain degré d’indépendance comme Locutus pourrait le scanner comme une sorte de miséricorde. La reine Borg pense en fait qu’elle et les Borgs simplifient les choses pour tout le monde. Et avec Data et Picard, elle a essayé de rendre cette transition plus facile et, à sa manière perverse, amusante aussi.

Japanfm.fr est composé d’une jeune équipe de rédacteurs passionnés par tout ce qui touche l’Asie en général. N’hésitez pas à partager notre article si celui-ci vous a plu !