Nouvelle bande-annonce pour « Let’s Make a Mug Too » + date

Nouvelle bande-annonce pour "Let's Make a Mug Too" + date

Sur le site officiel de l’adaptation animée de « Let’s Make a Mug Too » (japonais: « Yakunara Mug Cup Mo »), il a été annoncé aujourd’hui que la série sera diffusée à la télévision japonaise à partir du 2 avril 2021. Une nouvelle bande-annonce a également été publiée, que vous pouvez voir ci-dessous.

Anime est créé par Nippon Animation

La série est un mélange d’anime et d’action en direct. Le réalisateur Jun Kamiya (« Kingdom ») du Studio Nippon Animation est responsable de la production. Naruhisa Arakawa (« Spice and Wolf ») écrit le scénario, tandis qu’Ayano Yoshioka (« Mademoiselle Hanamura ») agit en tant que concepteur de personnages.

« Faisons aussi une tasse » est une histoire de passage à l’âge adulte qui se déroule dans la ville de Tajimi, dans la préfecture de Gifu. Le manga Web gratuit a été lancé en 2012 dans le cadre d’un projet de revitalisation communautaire par des bénévoles et des entreprises de la ville de Tajimi.

La version japonaise comprend actuellement 31 volumes, dont sept peuvent déjà être téléchargés gratuitement en anglais.

>> Vers le site anglais du projet

Bande-annonce:

Visuel:

Terrain:

La ville de Tajimi, située dans la partie sud de la préfecture japonaise de Gifu, est célèbre pour ses poteries Mino. Toyokawa Himeno, dont la mère est une potière bien connue, déménage dans une rue commerçante de Tajimi. Elle rejoint le club de poterie de son école et vit de nombreuses aventures avec ses amis passionnés de poterie.

© Genkina Tajimi Co., Ltd. Tous droits réservés.

Japanfm.fr est composé d’une jeune équipe de rédacteurs passionnés par tout ce qui touche l’Asie en général. N’hésitez pas à partager notre article si celui-ci vous a plu !

Written by SasukE

ShonaKid

Laisser aller! Les 7 pires adaptations en direct de tous les temps

Minho de SHINee partage la raison unique pour laquelle il a refusé une libération anticipée de l'armée

Minho de SHINee partage la raison unique pour laquelle il a refusé une libération anticipée de l’armée