Hell’s Paradise : Quelle mythologie explique les mystères de la série ?

Voir le résumé Ne plus voir le résumé

Le troisième épisode de Hell’s Paradise : Jigokuraku marque l’arrivée des criminels sur l’île de Shinsenkyo, et en quelques heures, plusieurs criminels et quelques Yamada Asaemon sont morts. Le but de leur expédition dans une zone pleine de dangers inconnus est de récupérer le légendaire Elixir de Vie, une substance capable d’accorder à ceux qui la consomment la qualité convoitée de l’immortalité. À leur arrivée, Sagiri Yamada Asaemon , l’accompagnateur de Gabimaru, réagit avec admiration à la beauté de leur environnement ; cependant, Gabimaru trouve inquiétante la présence de différents types de plantes qui ne devraient pas se trouver au même endroit.

Lors de leur première conversation sur l’île, Gabimaru dit à Sagiri qu’elle parle comme quelqu’un qui ne croit pas à l’existence de l’île ou de l’élixir, mais il l’assure qu’il existe ; cependant, le nom qu’il utilise en référence à la préparation du développement de la série n’est pas celui qui est habituellement utilisé. En l’appelant « Tokijiku no Kagu no Mi », Gabimaru connaît son existence depuis longtemps, mais ce nom spécifique est le plus grand indice concernant les possibles inspirations mythologiques derrière Hell’s Paradise : Jigokuraku.

Anime La prochaine transformation de Goku ! Beerus a laissé un indice très important

Hell’s Paradise : Qu’est-ce que ça raconte ?

hells paradise yamada asaemon

Hell’s Paradise : Jigokuraku suit une bande de criminels qui sont envoyés en expédition sur l’île mystérieuse de Shinsenkyo avec un groupe de bourreaux samouraïs comme accompagnateurs par le Shogunat. Plusieurs groupes de samouraïs ont été envoyés sur l’île afin de trouver l’élixir de vie qui s’y trouverait, mais son existence est encore contestée par de nombreuses personnes qui n’y voient qu’un mythe. Cependant, le chef d’Iwagakure est un homme dont on dit qu’il a obtenu la mystérieuse substance à un moment donné. Des flashbacks de l’enfance de Gabimaru montrent le chef subissant toutes sortes de blessures graves, y compris l’éviscération, mais souriant comme si aucune des blessures mortelles n’était douloureuse. Le Shogunat recherche l’élixir et a envoyé six expéditions sur l’île, mais à chaque fois, seul un bateau rempli de fleurs et d’un corps humain fleuri est revenu. De ces six expéditions, il n’y a eu qu’un seul survivant.

Ce qui relie Hell’s Paradise : Jigokuraku avec la mythologie est l’utilisation par Gabimaru d’un nom différent pour l’objet qu’ils recherchent : « Tokijiku no Kagu no Mi », qui est légèrement différent mais suit une nomenclature similaire à « tokijiku no kagu no konomi » – la méthode MacGuffin dans la légende mythologique japonaise de Tajimamori, le Dieu des sucreries. Dans les chroniques de l’histoire japonaise, le Nihon Shoki et le Kojiki, qui remontent tous deux aux VIIe et VIIIe siècles, on trouve diverses traditions orales, des hymnes, des légendes et un récit de la création de l’archipel japonais, de ses kamuy (dieux et entités similaires) et même des généalogies de personnages importants. Dans ces deux chroniques japonaises anciennes, l’histoire de Tajimamori est décrite en détail, ses origines remontant à la période Kofun de l’histoire japonaise (de 300 à 538 environ).

Les fruits du paradis

fruit elixir de vie hells paradise

Selon la légende, Tajimamori fut envoyé en expédition par l’empereur Suinin, le 11e empereur japonais de la légende, pour trouver un fruit magique connu sous le nom de Tokijiki no Kagu-no-konomi 「非時香菓」, ce qui l’obligea à se rendre au pays de Tokoyo no Kuni (littéralement « le pays éternel ») qui s’écrit en japonais「常世の国」. Après 10 ans, Tajimamori revint avec quelques branches portant des fruits ; cependant, à ce moment-là, l’empereur Suinin était déjà mort. Il donna la moitié des branches à la veuve de l’empereur, offrit l’autre moitié sur la tombe de l’empereur, puis mourut lui-même, accablé de chagrin. Le fruit rapporté par Tajimamori serait l’orange tachibana (nomenclature binomiale : citrus reticulata tachibana ou simplement citrus tachibana), une variété d’agrume qui pousse dans les montagnes japonaises. Étant donné qu’il existe plusieurs systèmes de classification des agrumes, la classification de l’orange tachibana est soit l’une des diverses variétés d’agrumes, soit un genre particulier si l’on se réfère au système dérivé par Chōzaburō Tanaka.

Que cela signifie-t-il ?

elixir de vie hells paradise

Le rôle de Tajimamori en tant que Dieu des sucreries est le résultat de cette histoire ; cependant, l’utilisation du mot « konomi », en référence aux « fruits » est considérée comme archaïque, et est utilisée récemment pour se référer aux friandises. De nos jours, le mot « mi » est utilisé pour signifier « fruit », ce que les fans de One Piece connaissent bien ; cependant, le mot « kajitsu », écrit [果実」 et plus communément, « kudamono » (simplement 「果」) sont également utilisés. Le nom du fruit que Tajimamori récupère, le Tokijiki no Kagu-no-Konomi, peut être décomposé pour révéler son utilisation. « Tokijiki » s’écrit avec le kanji de la négation, suivi du kanji du « temps », donc « intemporel », tandis que les deux derniers kanji font référence à un « fruit » (archaïque) mais à des « bonbons » dans l’usage contemporain. Ensemble, Tokijiki no Kagu-no-Konomi se traduit effectivement par « fruits intemporels » (ou « sucreries ») ; cependant, ce qui est intéressant dans Hell’s Paradise : Jigokuraku, c’est la façon dont le nom donné par Gabimaru au soi-disant élixir de vie lève l’ambiguïté entre fruit et confiserie, bien que la forme écrite du nom ne change pas. En l’appelant « Tokijiku no Kagu no Mi » (plutôt que -no Konomi), Gabimaru met l’accent sur le fruit plutôt que sur la confiserie.

Donnez votre avis

Soyez le 1er à noter cet article
ou bien laissez un avis détaillé


Vous aimez cet article ? Partagez !



JAPANFM est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Publiez un commentaire